Art urbain, Coups de coeur
2 commentaires

Le street art et Charlie : La mémoire des murs

Il y a 6 mois l’éditeur Omniscience a lancé un projet en crowdfounding (financement participatif) : réalisé un ouvrage regroupant toutes le oeuvres réalisées par des artistes urbains au lendemain de l’attentat meurtrier à Charlie Hebdo : « Le street art et Charlie : La mémoire des murs ».

La peinture de rue, par définition, est éphémère. Dans les médias, une actualité chasse l’autre et les informations qui, hier, tournaient en boucle sur les radios et les télés, seront oubliées demain.

Que se passe-t-il lorsque les artistes de rue s’emparent d’événements qui les touchent profondément, comme les tueries de Charlie Hebdo, de Montrouge, de l’Hyper Cacher ?

Là où artistes et anonymes avaient voulu poser un mémorial, quelques semaines plus tard, il ne reste rien. Les collages se déchirent, les mots sont effacés, les peintures recouvertes par d’autres peintures…

Ce livre entend raviver notre mémoire, il rassemble des textes d’artistes et des photographies d’œuvres urbaines prises par quelques passionnés et par les artistes eux-mêmes. Il rend ainsi hommage aux victimes, il témoigne aussi des valeurs qui, en réaction à ces attentats, ont réuni des millions de personnes dans la rue.

Livre de mémoire, mais aussi livre de combat : assassiner pour un dessin qui raille et qui fâche, une opinion qui déplaît, une religion qui n’est pas la sienne… Ne nous habituons pas, ne nous résignons jamais.

L’objectif fixé pour que la publication soit possible était de 3 300 €. Il a été atteint et même dépassé (5 614 €) grâce aux participations de 181 personnes. Le livre est paru le 1er octobre 2015 et chaque « financeur » l’a trouvé dans sa boite au cours du mois d’octobre 2015. Le mien est arrivé il y a une quinzaine de jours… pour mon plus grand plaisir.

L’inventaire de Marie Christian

Après les attentats de janvier 2015, des centaines et des centaines de fresques, collages, pochoirs, slogans sont apparus sur les murs de Paris. Ainsi, les artistes voulaient rendre hommage aux victimes mais aussi dire que rien ne fera taire la liberté d’expression. Mais le propre de l’art urbain est d’être éphémère. Alors, quelques jours à peine sont passés et déjà, les affiches étaient déchirées, les pochoirs recouverts ou repeints…

C’est pour que cet élan ne disparaisse pas que Marie Christian, passionnée d’art urbain depuis plus de trente ans, a eu l’idée et surtout l’envie de faire ce livre. Très vite, elle a commencé à photographier ou à faire appel à d’autres photographes pour collecter des images des oeuvres ou l’aider à déchiffrer les signatures. Elle a contacté les artistes pour leur demander de témoigner sur les sentiments qui les ont fait descendre dans la rue pour dire, à leur façon, leur peine, leur colère, leur peur ou encore leur refus d’abdiquer devant la violence et la mort.

Vous avez accompagné mon deuil, vous les artistes que je connais bien et dont je reconnais le style ou la signature, vous dont les images me sont presqu’aussi familières, mais que je ne connais pas, vous dont j’ignore tout et dont je ne sais pas même déchiffrer la signature, vous qui n’avez pas voulu signer, vous qui, pour la première fois peut-être, avez posé sur un mur une affiche, un pochoir, un graffiti… Chacun à votre manière (et vous êtes si différents les uns des autres), vous avez crié, crié pour moi, pour ma gorge serrée, ma parole étranglée, ma rage inexprimée.

Un travail de mémoire

Ainsi est né ce bel ouvrage. Un remarquable travail de mémoire a été réalisé. Au fil des pages on (re)découvre des oeuvres incroyables. Parfois de simples mots, parfois des fresques immenses. Chaque artiste s’est exprimé à sa façon.  Je Suis Charlie résonne à l’infini. Les témoignages des artistes qui accompagnent les photos apportent une humanité supplémentaire au recueil. Marie Christian alterne entre les mots des artistes et les siens qui parlent si bien d’eux.

En feuilletant le livre, l’émotion de ces terribles jours du début de l’année me revient. Comment oublier cet état de choc qui a suivi l’annonce de l’attentat à Charlie Hebdo ce matin du 7 janvier. Sur le moment on ne veut pas y croire. Comment une telle violence peut-elle être possible. Avec Charb, Cabu, Tignous ou encore Wolinsky, c’est tout un pan de mon enfance et ma jeunesse que les armes ont tué. Alors dans les jours qui suivent c’est une immense tristesse qui nous a tous envahis. Puis la colère est arrivée, accentuée par l’attentat à la supérette cacher de Vincennes. En deux jours 17 personnes ont trouvé la mort. Comment oublier l’horreur ?!

Ce livre est une très belle façon de rendre hommage à tous ces hommes et ces femmes victimes du fanatisme, aux artistes qui ont su dire pour nous tous, mais également aux millions de personnes qui se sont rassemblés partout en France le 11 janvier 2015 pour une grande marche mais aussi dans le monde entier. Cette journée est et restera inoubliable !

Les artistes présents dans l’ouvrage sont : AtOme, BasteK, Big Ben, Broken Fingaz, C215, Miss Fuck, Codex Urbanus, Combo, Crey 132, dAcRuZ, Dan23, Dine, Dzia, Edge, Ender, Ers, Evazesir-No Rules Corp, Fahima Boubia, FKDL et Berns, Fred Le Chevalier, Gregos, Gris1, IZa Zaro, Jace, Jef Aérosol, Jérôme Mesnager, JPM, Jo Di Bona, Jo’ Graffies, Kashink, Liox, Marko 93, Morège, Moze, Mr One Teas, Nice Art, Nico Avataar, Paella, Patrick Pinon, Philippe Hérard, Pierre Amoudry, Polo 51.67, Pure Evil, Rue Meurt d’Art, RNST, Rob.Ink, Sara Chelou, Sada, Stoul, Wose, Yosh, Zdey…et de nombreux anonymes.

Un livre de combat contre toute forme de fanatisme

Les droits d’auteurs sont reversés à l’Association les « Bâtisseuses de paix », une association de femmes juives, arabes et musulmanes, qui tentent, depuis 2002, de construire une identité de fraternité qui les rassemble, dans le respect mutuel. Depuis janvier 2015, elles s’adressent en priorité aux adolescents et leurs familles. Les droits serviront à financer leur action République et Citoyenneté.

Découvrez ce magnifique livre souvenir et soutenez, par la même occasion, le combat pour la tolérance. Vous pouvez le commander sur de nombreuses plateformes (Fnac, Amazon… et bien d’autres). « Le street art et Charlie : La mémoire des murs », Marie Christian, Ed. Omniscience, 2015. ISBN : 978-2-916097-68-8

Pour clore ce billet, je laisse la parole à un autre artiste. Pour lui pas de crayon mais des mots… JB Bullet.

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain, Coups de coeur
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

2 commentaires

  1. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

  2. Pingback: « Paris Street Art , le premier abécédaire de l’art urbain parisien | «Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s