Art urbain
7 commentaires

A Marseille l’art urbain passe « Aux Tableaux ! »

Depuis des mois je suivais de Paris la mise en place puis l’ouverture de l’expo Aux Tableaux ! organisée à Marseille par l’Atelier Juxtapoz et soutenue par le Collectif 9ème concept. Inutile donc de vous dire que je suis allée la découvrir dès mon arrivée à Marseille pour passer quelques jours de vacances. Avant de vous montrer à quoi ça ressemble, revenons sur ce magnifique projet artistique.

« Au début, quand on a débuté le projet avec Karine de Juxtapoz et Alexandre du collectif 9e Concept, tout était flou. On savait qu’on voulait monter une résidence artistique à Marseille mais c’est tout. On n’avait pas d’endroit, ni de but précis. Quand les promoteurs immobiliers nous ont proposé Saint-Thomas d’Aquin, le thème de l’école s’est naturellement imposé par la suite », explique Charlotte, la chargée de projet d’Aux Tableaux ! et membre de Juxtapoz.

9ème concept et Juxtapoz à l’origine du projet

Dans cette ancienne institution catholique, confiée dès 1904 aux sœurs dominicaines du Saint-Nom de Jésus, quarante artistes contemporains, venus de la peinture, du streetart ou de la photographie, se sont vu offrir une carte blanche autour du thème de l’école. Située en plein coeur de Marseille, entre la préfecture et le cours Julien, l’ancienne école Saint Thomas d’Aquin, est fermée depuis 2012. Ce bâtiment du XVIIIe siècle figure su­r la liste des monuments historiques depuis 2013 et s’étend sur plus de 4 500 m². Il regroupe tout un ensemble scolaire allant de la maternelle au lycée.

Alexandre d’Alessio, issu du Collectif 9ème concept et directeur artistique de l’évènement, est, avec Karine Terlizzi et Charlotte Pelouse de l’association Juxtapoz, au coeur de ce projet. Il  a sélectionné les artistes pour concevoir des oeuvres éphémères à même les murs, dans les moindres recoins de l’établissement, des salles de classe au préau. Sur 2 500 m² d’exposition, il a imaginé une scénographie originale qui suit la chronologie du parcours scolaire, de la maternelle au secondaire. Il a demandé à chaque artiste de livrer sa vision personnelle de l’école. Des ambiances sonores ont également été créées spécialement par le Label IOT records.

Quand l’art passe aux tableaux !

Chaque artiste a donc pris possession d’une classe, d’un couloir ou d’un escalier, utilisant les murs, les sols, les plafonds mais aussi les accessoires abandonnés là depuis la fermeture de l’école il y a deux ans. J’ai adoré la classe colorée et très ludique de Clément Laurentin, la salle de sieste de la maternelle avec l’oeuvre pleine de tendresse d’Olivia de Bona, les escaliers investis par Virginie Biondi alias AMO ou encore l’esprit punk de Stéphane Moscato.

J’ai découvert une autre facette du travail de Jace : ici pas de gouzous mais des peintures qui nous font voyager dans le temps pour revenir dans les années 60. Dans une salle de classe Stéphane Carricondo a mêlé deux univers, l’un en couleur et l’autre en noir et blanc (sur les fenêtres comme des dentelles, magnifique !). Je ne cite que quelques artistes (mes coups de coeur) mais il faut absolument venir voir les photos ici car elles en disent bien plus long que moi !

En voici un petit aperçu…

 

Une soirée riche en émotion

Cette visite de presque 2 heures a été complètement à la hauteur de mes espérances (alimentées à distance depuis deux mois !). J’ai passé un moment magique car les artistes ont répondu à merveille à la demande des organisateurs, mêlant leurs oeuvres au lieu. Avec eux nous revenons aux temps (pas si lointain…) où nous étions élèves et où nous aurions rêvé de pouvoir peindre sur les murs !

Après la visite vous pourrez vous restaurer ou boire un verre dans la cour de récréation de l’école. Enfin si vous y arrivez. Pour nous ce fut impossible car il y avait vraiment beaucoup trop de monde. L’expo a un succès énorme et, pour couronner le tout, nous avions choisi d’y aller un mercredi en fin de journée… or c’est justement le mercredi que sont organisés des « Happening artistiques » (colloques, concerts, performances, projections) qui attirent encore plus de visiteurs.

Pour le moment personne ne sait ce que deviendra l’école après le 10 octobre. Ce sont les promoteurs qui devront gérer la suite… Mais pour que tout ça ne meurt pas vraiment il y aura toujours les nombreuses photos des visiteurs ou les articles parus ici et là. L’Atelier Juxtapoz a également prévu de faire un web-documentaire et de sortir un livre sur l’expo. Tout cela rappelle beaucoup l’incroyable expérience de la Tour 13. J’espère quand même que l’école aura un plus bel avenir que celui de la Tour ! Le bâtiment est superbe et je ne peux imaginer qu’on le détruise !

Passons maintenant aux aspects pratiques  !

L’exposition éphémère Aux tableaux ! est visible du 10 juin au 10 octobre, le mercredi de 13h à 20h, et le vendredi, samedi et dimanche de 11h à 20h.
Ancienne école Saint Thomas d’Aquin, 23 Rue Dieudé, Marseille (6e)

Une buvette est proposée sur place, le mercredi de 13h à minuit, et le vendredi, samedi et dimanche de 11h à 21h.
En plus de l’exposition permanente, l’association Juxtapoz propose un Happening artistique tous les mercredis soirs de 20h à minuit.
2€ € d’adhésion par personne sont demandés à l’entrée pour un accès illimité au site

L’Atelier Juxtapoz : cette association est à l’origine de l’essor du streetart à Marseille. C’est un lieu pluridisciplinaire, qui propose bureaux, ateliers d’artistes et galerie d’exposition. Les expositions proposées par la galerie sont influencées par les cultures urbaines et le streetart. Elle organise également des marchés créateurs, des dédicaces, des show-room, des défilés de mode, et bien d’autres choses encore. L’association participe également à la réalisation de performances artistiques, de fresques, d’ateliers graffiti. Et, enfin, elle est la structure qui porte le projet le M.U.R / Marseille (à l’angle de la rue Crudère et du Cours Julien, sur le mur du Surkouf, dans le 6 ème arrondissement).

Pour ma conclusion musicale il m’a semblé aller de soi de choisir… Pink Floyd et « Another brick in the wall ».

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

7 commentaires

  1. Pingback: L’Appartement : une galerie d’art pas comme les autres | Les billets de Miss Acacia

  2. Pingback: A Marseille l'art urbain passe "Aux Tablea...

  3. Formidable idée, magnifiquement réussie ! Ah si toutes les écoles avaient au moins une salle, un couloir, un escalier tels que ceux là… Ce serait enfin un endroit pour ouvrir l’esprit et non pour le scléroser. Bravo aussi pour cet article, fouillé, enthousiaste, et original !

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : la poésie engagée de StF Moscato | Les billets de Miss Acacia

  5. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

  6. Pingback: Rehab#1 : Rehabillage avant travaux pour la Maison des arts et métiers | Les billets de Miss Acacia

  7. Pingback: Le LAB14 met l’art urbain au coeur de Montparnasse | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s