Art urbain, Expos
4 commentaires

Temps suspendu à la galerie Joël Knafo avec les gugusses de Philippe Hérard

Une fois n’est pas coutume (donc, ne pas s’imaginer que ça va devenir une habitude…), vendredi soir je suis allée au vernissage de l’expo de Philippe Hérard à la galerie Joël Knafo. Du 11 septembre au 10 octobre, l’artiste installe ses gugusses dans le 13ème arrondissement.

Rencontre avec les gugusses

J’ai connu le travail de cet artiste il y a quelques années maintenant grâce aux oeuvres qu’il dépose sur les murs de Paris. Très longtemps j’ai croisé ces drôles de bonshommes sans savoir quel artiste en était l’auteur. Puis, un jour j’ai découvert son nom : Philippe Hérard. Alors j’ai suivi plus attentivement son parcours. Jusqu’au jour où Patrick Chaurin (Cabinet d’amateur) me l’a présenté. Suite à cette rencontre, j’ai pris contact avec lui pour lui demander s’il serait d’accord pour que je fasse son portrait. Il a tout de suite accepté et a répondu très simplement à mes questions. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance des « gugusses ».

Temps suspendu à la galerie Joël Knafo

J’ai donc fait cette exception en allant au vernissage car j’ai un « attachement » un peu plus particulier pour les artistes sur lesquels j’ai écrit mes portraits. J’ai toujours beaucoup de plaisir à les croiser et à découvrir leur travail en galerie.

Je suis arrivée tôt, avant que la foule des visiteurs n’envahissent l’espace. C’est bien mieux pour faire quelques photos mais aussi pour profiter de l’exposition et de chaque oeuvre.

Pendant un mois, à la galerie Joël Knafo le temps est suspendu. Sur certains tableaux les gugusses semblent attendre que quelque chose se passe, leur regard perdu au loin. D’autres sont tirés par des fils qui les relient les uns aux autres. Ca donne l’impression (très personnelle) que l’Un oblige l’Autre à aller dans un sens qu’il n’aurait peut-être pas choisi ou qu’il le retient prés de lui.

Et puis, il y a tous ces gugusses suspendus, tournoyant au gré des mouvements d’air. Ces Hommes semblent être des pantins aux visages et silhouettes indéfinis, perdus et sans identité au milieu de la foule humaine. L’artiste illustre ainsi nos états d’âmes, avec tendresse et amusement.

La galerie Joël Knafo se prête parfaitement à cette mise en scène avec ses murs blancs et poutres apparentes. Ils mettent en valeur les couleurs douces de Philippe Hérard et ont permis la « suspension » des gugusses.

Quelques images…

Un avant-goût de cette très belle expo ? Allez suivez-moi pour la visite. Quelques images ici mais ensuite il faut cliquer… Philippe Hérard et ses gugusses à la Galerie Joël Knafo

Solo Show du 11 septembre au 10 octobre 2015
Joël Knafo Art
146 Bd Vincent Auriol
75013 Paris
M° Nationale ou Place d’Italie

Conclusion musicale avec Barbara qui nous chante La Solitude.

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain, Expos
Avec les tags : , ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

4 commentaires

  1. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : les « gugusses  de Philippe Hérard | Les billets de Miss Acacia «

  2. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

  3. Pingback: « Va et vient  de Philippe Hérard et Levalet chez Joël Knafo Art | «Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s