Coups de coeur
Laisser un commentaire

« The lunchbox » ou comment « un mauvais train peut mener à la bonne gare »

Décidément en ce moment je suis rarement déçue. Nouveau coup de coeur cinématographique ce soir. J’ai enfin réussi à aller voir « The lunchbox », un film indo-franco-allemand, réalisé par Ritesh Batra.

L’histoire ? A Bombay, une jeune femme délaissée par son mari tente de le reconquérir en lui préparant chaque jour un savoureux déjeuner que livre au bureau une société spécialisée. Elle en attend en vain des réactions. Et pour cause. Par erreur, la boîte est livrée à un autre employé solitaire et proche de la retraite. Intrigué, le destinataire glisse un petit mot dans la boîte qui va retourner à l’expéditrice. Une correspondance se noue entre eux…

Ce service de livraison existe réellement. Ce sont les « dabbawallahs », spécialité indienne et même, plus précisément de la ville de Bombay. Cahque jour plus de 5 000 « dabbawallahs » livrent des plats chauds dans toutes les entreprises de la ville. ces « lunchbox » peuvent venir des épouses ou de restaurants. Il parait que l’université d’Harvard a étudié le phénomène, et a établi qu’une lunchbox sur un million seulement n’arrivait pas à la bonne destination. Et c’est justement cette exception que le réalisateur indien a choisi de nous raconter ici.

Ce film, tout simple, est très touchant. Et puis cette histoire ne pouvait que me plaire. Une rencontre épistolaire due au hasard le plus total. Au fil des échanges de lunchbox, les deux protagonistes se livrent un peu plus. Jusqu’au jour où Ila propose une rencontre à Saajan. Mais il n’est pas si facile de passer de l’autre côté du papier pour se rencontrer dans la réalité. Surtout quand on est un homme vieillissant face à une jeune femme ravissante.

Et puis Saajan est un comptable misanthrope pas vraiment sympathique. Comme il est agaçant dans sa façon de repousser le jeune homme qui doit prendre sa place lorsqu’il partira à la retraite. Grace aux lunchboxes d’Ila et à la correspondance qu’ils échangent, Saajan reprend goût à la vie et s’ouvre à nouveau aux autres. Quand à Ila ces lettres vont lui redonner le sourire. Malgré la distance de son mari (qu’elle soupçonne d’avoir une maitresse) elle se prend à rêver d’une autre vie. Et pourquoi pas la vivre au Bouthan avec Saajan ? Parce que le Bouthan est connu pour être le pays du bonheur avec son BNB (bonheur national brut) alors c’est l’endroit rêver pour commencer une nouvelle vie.

J’ai également beaucoup aimé la façon dont est réalisé le film. Les scènes de préparation des repas mettent l’eau à la bouche. Je suis ressortie du ciné avec une incroyable envie d’aller manger indien. J’ai adoré l’idée de cette mystérieuse voisine dont on  ne connait que la voix. Il y aussi les scènes où le réalisateur nous fait suivre le trajet de la lunchbox. On y découvre la vie à Bombay avec tous les bruits, l’agitation, la foule. A travers cette belle histoire romantique on visite l’Inde, on découvre la vie des gens avec la promiscuité dans les transports (on relativise alors les trajets sur la ligne B aux heures de pointe… comprenne qui pourra…), la façon de vivre et de travailler, les traditions…

C’est un joli film, tendre et drôle, sur la remise en question de sa vie, sur jusqu’où on est prêt à aller pour la changer. Et aussi sur les hasards de la vie qui peuvent mettre le bonheur à portée de main… D’où la fameuse phrase répétée plusieurs fois pendant le film « Un mauvais train peut mener à la bonne gare ». A partir de là, la fin du film nous laisse libres d’imaginer la suite qui nous convient. Il y a la pessimiste qui se dit « dommage, ils se sont ratés ». Voilà deux êtres qui auraient pu s’aimer et changer de vie ensemble. Mais ils n’ont pas su se rencontrer au bon moment. Un décalage de tempo fait qu’ils se ratent…

Moi je suis une incorrigible optimiste alors j’ai envie de me raconter une autre suite… Comme « un mauvais train peut mener à la bonne gare », je suis certaine que leurs trains vont finir par se croiser, qu’à force de se chercher ils vont se trouver. Parce que je les trouve beaux, parce que j’aime leur histoire et que j’ai terriblement envie de penser que c’est possible…

J’ai envie de vous laisser avec une artiste qu’on m’a fait découvrir ce week-end. Un nouveau coup de coeur. Elle s’appelle Melanie de Biasio. Ecoutez c’est juste du bonheur… Si ça vous plait n’hésitez pas… tout l’album est excellent.

Cette entrée a été publiée dans : Coups de coeur
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s