Livres
Laisser un commentaire

Sous le street art, le Louvre

sous le street art le louvre

Cyrille Gouyette nous offre ici un très bel ouvrage sur l’Art, qui allie beauté des images et intelligence des textes. L’auteur étudie comment l’art classique dialogue avec l’art urbain pour l’inspirer.

Voilà une merveilleuse Histoire de l’Art à mettre entre toutes les mains, quels que soient l’âge ou le niveau de culture artistique. Pour le regard nouveau qu’il nous apporte sur des oeuvres si célèbres qu’on ne les regarde plus vraiment mais également sur les oeuvres contemporaines qui couvrent les murs de nos villes.

Quand l’art classique inspire l’art urbain

Depuis toujours l’art classique a inspiré l’art contemporain. C’est d’autant plus vrai avec l’art urbain qui s’en inspire bien souvent pour le détourner, toutes générations confondues, d’Ernest Pignon-Ernest à Levalet, en passant par Blek le Rat, Banksy, C215, Miss.Tic, Jef Aérosol, Invader…

Dans cet ouvrage, l’historien de l’art Cyrille Gouyette donne à voir la pertinence de nouvelles démarches artistiques qui, grâce aux références d’hier, ouvrent nos yeux sur les réalités d’aujourd’hui.

Prétextes à des clins d’œil ludiques, supports de revendications politiques, matières à projets iconoclastes, les collections du Louvre et des grands musées, détournées par le street art, servent une réflexion riche de sens sur nos problématiques actuelles – questions de genre, urgence écologique, positionnement de l’artiste, culture et consommation, toute-puissance de l’image

Dans une volonté de transmission des connaissances, en dehors des repères et des conventions, l’auteur invite les artistes urbains à dialoguer avec les artistes classiques pour en montrer les filiations et tenter ainsi de mettre au jour une généalogie artistique.

Du musée à la rue

Les artistes urbains détournent les artistes classiques pour les sortir du musée, parfois un peu effrayant, et les rendre visibles et accessibles à tous.

Les objectifs des artistes sont alors multiples. Certains utilisent ces oeuvres devenues célèbres pour faire passer un message politique. Comme Banksy qui détourne le Radeau de la Méduse de Géricault pour le mettre au »goût du jour » et dénoncer le sort que la société réserve aujourd’hui aux migrants. Ou encore GOIN avec la Vénus de Milo qui devient une manifestante rebelle.

D’autres usent de ces détournements pour envoyer un message poétique et « ouvrir une parenthèse esthétique et onirique dans la rue ». D’autres encore veulent démocratiser l’art et montrer qu’il est accessible à tous. Certains street artistes souhaitent « une réconciliation entre le public et les images sacralisées » à l’intérieur des musées, comme Nadège Dauvergne ou Kouka.

Quand les artistes urbains contemporains se réfèrent à des oeuvres du passé ou du présent, ils nous disent autre chose de notre société contemporaine. Mais ils nous rappellent aussi d’où ils viennent.

Avec « Sous le street art, le Louvre« , Cyrille Gouyette nous raconte à la fois l’histoire de l’Art mais également l’histoire de la société au fil des siècles. Cette « leçon » est merveilleusement illustrée par les oeuvres des artistes, tant classiques qu’urbains. En les mettant face à face, il nous montre les ressemblances et les évolutions

« Sous le street art, le Louvre » en images

Pour vous donner une (toute) petite idée du livre, voici quelques images en face à face. Mais sans les textes de Cyrille Gouyette on n’en saisit pas tout le(s) sens !

Pour la conclusion musicale, je vous offre une très jolie chanson, « Les gens qui doutent » (une chanson d’Anne Sylvestre), interprétée par Albin de la Simone, Jeanne Cherhal, Vincent Delerm.

J’aime les gens qui doutent, les gens qui trop écoutent leur cœur se balancer
J’aime les gens qui disent et qui se contredisent et sans se dénoncer
J’aime les gens qui tremblent, que parfois ils ne semblent capables de juger
J’aime les gens qui passent moitié dans leurs godasses et moitié à côté

Cette entrée a été publiée dans : Livres
Avec les tags : ,

par

Ancienne parisienne devenue lyonnaise… pas très bavarde voire même un peu « sauvage » et surtout passionnée de street art. Flâneuse urbaine, j’aime partager mes plus belles découvertes avec vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.