Art urbain
2 commentaires

Festiwall 2016 au bord du Canal

Du 21 et 22 mai 2016, l’association « De l’Amour et des Murs ! » et la galerie d’art urbain The Wall, ont organisé le premier festival parisien dédié au street-art et aux cultures urbaines, avec le soutien de la Mairie du 19e arrondissement de Paris.

Le programme du FestiWall 2016

Le FestiWall avait pris la forme d’un parcours itinérant au fil de l’eau, du Canal de l’Ourcq au Canal Saint-Denis, rythmé par les performances des artistes urbains ainsi que par des ateliers créatifs et participatifs.

20 fresques murales ont été réalisées le long du canal de l’Ourcq par : Crey 132, Bab, Beerens, Ers, Iza Zaro, JBC, Joachim Romain, King Bobo & Banga, Noty & Aroz, Rays, Romain Froquet, Sacha Teboul, Sébastien Lecca, Stew, Tarek, Tea, Théo Lopez, Toc-Toc, Wire, Yarps.

Le temps du festival, la galerie d’art urbain The Wall exposait également des œuvres réalisées par les artistes sur les murs de la Rotonde de Stalingrad. Ces œuvres réalisées en amont par les artistes participant à l’événements avaient pour supports des « Walls », des murs « prêts-à-graffer » inventés par la Galerie d’Art Urbain The Wall.

De belles fresques mais un parcours désorganisé

J’ai mis du temps à écrire cet article. Un mois quand même… Il faut dire que je pensais même ne pas en écrire parce que j’ai été déçue par ce festival. J’y suis allée le samedi après-midi, il faisait un temps d’été splendide et la foule avait donc envahi les quais du canal de l’Ourcq. Est-ce pour cela ou parce que l’organisation n’était pas au point ? Je ne saurais pas trop dire mais en tous les cas j’ai eu du mal à trouver/voir les différentes oeuvres et j’ai même lâché l’affaire avant d’être arrivé au bout du parcours.

Et hier je me suis mis à faire du tri dans mes photos et j’ai retrouvé celles que j’avais prise lors de mon passage au FestiWall. Et je me suis dit que quand même il y avait eu de belles fresques réalisées et ça m’a donné envie de partager ça avec vous. Voici donc quelques photos ci-dessous (et plein d’autres ici dans cet album : Festiwall 2016).

Je vous laisse avec une toute nouvelle découverte musicale. Gros coup de coeur pour le (très) jeune « prodige » électro Petit Biscuit.

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags : , , ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

2 commentaires

  1. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : Théo Lopez, le charme de l’abstraction | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s