Art urbain
1 commentaire

Ourcq Living Colors : un festival qui met des couleurs dans la rue

Couv Ourcq 2016

Les 4 et 5 juin 2016, 15 street artistes ont réalisé ensemble une fresque de 250 mètres de long, dans le 19e, rue Rue Germaine Tailleferre. Pas de panique pour ceux qui ne sont pas allés là-bas ce week-end, elle restera visible toute l’année. Perso j’ai filé là-bas dimanche, juste après ma visite au Salon Emmaüs. Je vous raconte tout ça…

Le festival Ourcq Living Colors

dAcRuZ a créé l’association « Cultures Pas Sages » avec un ami pour tenter de trouver des subventions qui soutiendraient les actions d’artistes (qu’il considère être un « travail pour le bien public »). Pour la 5ème année consécutive, elle organise le festival street art Ourcq Living Colors. Un festival qui a pour objectif de « promouvoir, diffuser, organiser et de réaliser des actions mettant en valeur la diversité culturelle » 

Cette année, dAcRuZ a voulu profiter du festival pour fêter ses 10 ans d’action dans le quartier. Pour cela, il a imaginé un beau programme :

  • Performance en direct de street art avec 15 artistes internationaux réunis rue Germaine Tailleferre pour réaliser ensemble une fresque monumentale de 250 mètres de long sur le mur de la rue.
  • Exposition de photographies : New Ourcq / Paris 2.0 – 0.1 : le photographe François Le Helloco Boulenger recueille dix ans d’images sur les pas de dAcRuZ, le créateur du festival.
  • Parcours New Ourcq : dans le quartier Ourcq-Villette, un parcours permettra aux visiteurs de découvrir les nombreuses oeuvres collectives initiées depuis 10 ans par dAcRuZ, au fil de l’exposition de photographies New Ourcq / Paris 2.0 – 0.1.

Des artistes de talent pour embellir la rue

Parmi les artistes invités au festival il y avait ALEX, Batsh, BROK, dAcRuZ, Kan, Katre, Kouka, Hopare, Marko93, Mosko, Sane 2 ou encore SHAKA.

Je vous invite à découvrir leur travail à travers quelques photos juste là, en dessous. Mais aussi (et surtout) dans cet album : Ourcq Living Colors 2016. Vous pouvez également (re)lire mon billet 2015 car certaines des oeuvres ont été réalisées en 2015.

Cette année j’ai eu de gros coups de coeur pour le Bantu de Kouka et les oeuvres de SHAKA, Sane2 et Batsh CP5.

Un plaisir musical pour conclure ce billet riche en couleur. (Re)découvrez Michael Kiwanuka, a « Black Man In A White World »

 

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

1 commentaire

  1. Pingback: Anatomie du Mouvement avec Shaka à la Galerie Lazarew | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s