Portraits
3 commentaires

Les portraits de Miss Acacia : Bishop Parigo et ses oiseaux de la liberté

Pour ce nouveau portrait j’ai eu envie de vous parler d’un artiste que j’ai découvert le 31 décembre 2015 sur le mur d’une école du 11ème avec le très beau projet de Diana Kami « Dessine-moi un bouquet ». Suivez-moi, je vous présente Bishop Parigo…

Qui est-il ?

Il s’appelle Nicolas Poirier mais on le connaît sous le pseudo Bishop Parigo. Ce pseudo lui vient d’un projet (son premier projet « sérieux ») qu’il a eu alors qu’il était au lycée, avec des amis d’enfance : la création d’une marque de vêtements de skate. Bishop, c’était un nom qu’on donnait aux Etats-Unis aux gens qui portaient leur pantalon un peu bas. Ca représentait bien le petit groupe d’amis !

Quand la question d’un nom d’artiste s’est posé il a gardé Bishop Parigo pour les beaux souvenirs qu’il représente.

Il a commencé à dessiner dès son plus jeune âge et n’a plus jamais arrêté. D’ailleurs, très vite, il a orienté ses études vers le dessin. Après le brevet, il obtient un CAP de Peintre en lettres puis un BEP de dessinateur-maquettiste.

La passion du dessin avant tout

Bishop Parigo ne se définit pas comme streetartiste. Il est avant tout un passionné de dessin et il aime dessiner ou peindre sur tous les supports qui se présentent avec toutes sortes de techniques. Alors, forcément, passer de l’ordinateur au papier, du bois au verre puis au mur, c’était « juste logique » pour lui.

Son monde imaginaire à lui est un très beau mélange de deux univers qu’il aime particulièrement : l’illustration jeunesse et l’art urbain.

Même s’il n’est pas uniquement « streetartiste », travailler dans la rue lui plaît beaucoup car c’est un espace ouvert à tous, où chaque personne peut s’exprimer comme il le souhaite. Il aime donc coller ou peindre ses oiseaux dans la rue en s’adaptant au support qu’il y trouve : pierre, béton, bois ou même de travailler sur le verre des vitrines.

Il a l’habitude de travailler dans son atelier et d’exposer ensuite ses œuvres. Le collage c’est différent. C’est s’imposer aux gens qui passent dans la rue, imposer des formes et des couleurs. Mais il aime ça. Et quand il a retour positif sur ce qu’il fait c’est encore plus plaisant.

Des oiseaux sur nos murs

Dessiner des animaux, et plus particulièrement des oiseaux, est venu assez rapidement. Déjà, il n’a jamais trop réussi à « dessiner de l‘humain ». Il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas dans son dessin et du coup les visages semblaient toujours déformés.

Et surtout dessiner des oiseaux est un symbole fort pour lui. Un symbole de Liberté, de paix et d’amour. Il y a tant d’oiseaux différents dans le monde, de toutes les formes et de toutes les couleurs. C’est une source d’inspiration inépuisable.

Tout petit déjà il dessinait des oiseaux. Et il continue encore aujourd’hui. Sur son ordinateur il dessine toutes sortes d’animaux : des éléphants, des crocodiles, des lapins… Mais lorsqu’il abandonne la technologie et revient à la peinture il « reste exclusivement sur l’oiseau ».

Pour peindre ou dessiner il n’a aucune limite technique. Il les utilise toutes (bombe, Posca, Stabilo, crayons, stylos…) et aime les mélanger. Et comme il est un « amoureux » de la couleur, il « adoooooore » les feutres et les crayons de couleur !

Bishop Parigo en images

Comme dans chaque portrait (mais aussi dans chacun de mes billets), j’aime vous offrir des photos des œuvres des artistes dont je parle. Elles parlent tellement mieux que moi… Voici donc quelques images pour découvrir le travail de Bishop Parigo.

Vous pouvez également le retrouver ici pour son porte-folio ou encore là, sur sa page Facebook.

Conclusion musicale de l’artiste

Pour le petit jeu musical, Bishop Parigo a choisi le dernier morceau qu’il a écouté en peignant dimanche…

Cette entrée a été publiée dans : Portraits
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

3 commentaires

  1. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : Le Pop Graffiti de Jo di Bona – Les billets de Miss Acacia

  2. Pingback: « Un artiste pour un enfant  : l’art urbain se mobilise pour les enfants du Népal | «Les billets de Miss Acacia

  3. Pingback: Christmas Treasures à la Galerie Clémouchka | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s