Art urbain, Expos
Laisser un commentaire

Paella a de « Drôles d’impressions » au cabinet d’amateur

Depuis le 3 décembre 2015, Paella s’offre un solo show au Cabinet d’amateur pour nous livrer ses Drôles d’impressions (sans faux-col !). Je suis donc allée faire un petit tour là-bas samedi après-midi pour me faire ma propre… impression.

Depuis « Impression Soleil Levant » la peinture assume l’artifice de la représentation. Le procédé illusionniste ? Paella s’en dédouane et privilégie la subjectivité en opérant dans un impressionnant éclectisme stylistique tous azimuts totalement maîtrisé. Il nous présente une nouvelle série d’œuvres où les faux-semblants, les références, la confusion des sens, le second degré, nous laissent sur une impression de doute, de confusion, de déjà-lu/vu qui nous invite à suivre nos propres fils d’interprétation. Que l’impression soit perception ou sensation, qu’elle traite de l’estampage, du registre textile et des motifs, qu’elle soit étape préparatoire du support de la peinture ou pure intuition, la variété de ses interprétations donne sens à toutes les pistes de départ qu’explore Paella pour d’inattendues aventures multi-irrévérencieuses.

« PaPi » – comme il surnomme Picasso le patriarche – disait « ne pas chercher mais trouver ». De son côté, Paella assume de nous livrer non encore dégrossis, les fruits de ses expérimentations afin que chacun y aille de son affinage personnel. S’il donne l’impression de nous rouler quelque peu dans sa farine, son intention ne serait pas de nous utiliser comme friture mais bien de nous laisser joyeusement nous ébattre dans cette poudre de perlimpinpin passionnante de matérialité ambivalente qu’est la peinture.

C’est avec toujours autant de plaisir que j’ai découvert les nouvelles oeuvres de Paella. Une fois encore il a su mêler avec brio provocation, irrévérence et humour. Les petites phrases qui accompagnent les hommes à tête d’escargot donnent toujours à réfléchir, comme par exemple « L’élévation de certains ne relève que du rabaissement des autres« . Coup de coeur pour les deux versions de l’oeuvre « Dans un monde où rien n’est impossible… ».

L’expo en images

Place aux images ici… et là Drôles d’impressions de Paella au Cabinet d’amateur

Allez vite découvrir les nouvelles oeuvres de Paella, vous ne serez pas déçus ! L’expo se tient jusqu’au 13 décembre 2015. Ensuite, les Drôles d’impressions deviendront collectives du 17 décembre 2015 au 10 janvier 2016 avec Paella, Arnaud Boisramé, Cordex Urbanus, Nadège Dauvergne, Ender, Joanna Flatau, Philippe Hérard, Florian Marco, Simon Pradinas…

Le Cabinet d’Amateur
12 rue de la Forge Royale
75011 Paris

Pour un final musical, l’homme à tête de chou remplace celui à tête d’escargot !

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain, Expos
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s