Art urbain, Coups de coeur, Expos
2 commentaires

Miss Tic : « Flashback » sur 30 ans de création

Depuis trente ans maintenant Miss Tic laisse sa trace sur les murs de Paris et d’ailleurs ! Trente ans de création ça n’est pas rien et ça se fête ! A cette occasion, Critères Editions publie un très beau livre-hommage sur l’artiste et la galerie Lélia Mordoch offre une exposition jusqu’au 23 décembre 2015.

Un livre « biographique »

Il y a quelques jours (je peux même dire semaines maintenant…), j’ai reçu un très beau cadeau. Le livre « Flashback Miss Tic ». 224 pages qui reviennent sur le parcours de cette femme à la fois plasticienne et poète, devenue au fil des années une figure emblématique du streetart français.

Miss Tic a préféré que cette biographie soit un flaskback plutôt qu’une rétrospective. Elle s’en explique en ouverture de l’ouvrage.

Revenir sur mon parcours m’invite, plus qu’à l’énumération ou au recensement de ce que j’ai fait, au questionnement : comment est-on artiste ? socialement ? financièrement ? quand on est femme ? quand on réussit ? quand on échoue ? quand on provoque ? quand on écrit  ? Création et vie sont intimement mêlés…

Le livre tourne donc autour de ce terme « flashback » et s’organise comme un film, ou plutôt une pièce de théâtre qui se déroule en 3 actes.

Acte 1, 1985-1995 : les premières expositions régulières, personnelles ou collectives, dans de petites galeries parisiennes
Acte 2, 1996-2005 : ces années sont celles du « creux de la vague » car le streetart est  de plus en plus perçu par les autorités comme l’une des expressions de l’insécurité. Cela lui vaudra une arrestation et un procès « pour détérioration d’un bien par inscription », qui aboutira à une amende de 4 500 €.
Acte 3, 2006-2015 : les années de la reconnaissance. La presse consacre à Miss Tic de longs articles, des galeries de renom l’exposent, les foires d’art contemporain l’invitent, elle reçoit des commandes publiques. Le cinéaste Claude Chabrol lui demande même de réaliser l’affiche de son film « La Fille coupée en deux ».

A travers ce livre, la vie artistique de Miss Tic devient une incroyable comédie romantique et sensuelle où les images ont la plus grande place.

En effet, cet ouvrage est à 80% visuel avec des photos des oeuvres de Miss Tic. Et l’artiste se glisse deci-delà pour raconter avec ses mots… Elle nous parle de poésie, sensualité, de provocation, des femmes mais des hommes aussi, d’amitié et de trahisons. De la vie quoi !

Une exposition jusqu’au 23 décembre 2015

La sortie du livre et cet anniversaire artistique sont également l’occasion d’une très belle exposition à la galerie Leila Mordoch.

Pour célébrer ses trente ans de création, Miss Tic a choisi de revisiter son répertoire en effectuant de nouvelles associations entre ses aphorismes parmi les plus emblématiques, et ses fameuses figures féminines, dont certaines inédites. Certaines œuvres emblématiques des années 80 et 90 seront également exposées.

Je suis allée y faire un tour le 7 novembre 2015 dans l’espoir de faire dédicacer mon livre. Quand je suis arrivée la foule avait déjà envahi la galerie et je n’ai pas eu le courage (la patience ?) de faire la queue pendant des heures. J’ai donc profité de l’expo, enfin si je peux dire car il y avait tellement de monde que les déplacements étaient rendus assez difficiles.

J’ai quand même pris quelques photos que je vous offre ici. Mais le mieux reste d’aller sur place car il y a de jolies découvertes à faire… Vous avez encore le temps d’ici le 23 décembre 2015. Peut-être vous ferez-vous un petit cadeau ou cela vous donnera-t-il une idée pour un proche. Le livre ou une toile ?

Galerie Lélia Mordoch
50 Rue Mazarine – 75006 Paris
Ouverte du mardi au samedi, de 11H à 19H

Pour refermer ce billet, je reste dans l’univers de Miss Tic avec Prévert chanté par Gainsbourg. Petit moment de bonheur…

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain, Coups de coeur, Expos
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

2 commentaires

  1. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

  2. Pingback: STREET GENERATION(S) : l’histoire du street art s’écrit à Roubaix | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s