Portraits
6 commentaires

Les portraits de Miss Acacia : Zapata, l’homme qui danse avec ses pinceaux

Couv zapata

Lors du lancement de ce projet de portraits de street artistes, plusieurs noms sont venus à mon esprit très rapidement parce que j’ai pour certains beaucoup d’admiration depuis plusieurs années. Zapata en fait partie. C’est pourquoi j’ai été enchantée lorsqu’il m’a répondu (avec beaucoup d’enthousiasme) qu’il serait ravi de répondre à mes questions pour que j’écrive ce portrait.

Zapata. Voilà un nom pas toujours facile à porter lorsqu’on est enfant. Et qu’on a rien à voir avec Emiliano ZAPATA, le révolutionnaire mexicain ! Et puis l’enfant a grandi, il est devenu un artiste et s’est dit que finalement il allait le garder. Dans la rue il signe d’un ¡Z! comme Zorro ! Mais il garde son nom Zapata pour ce pour quoi il est le plus connu : le live-painting. Car cet artiste a plusieurs cordes à son arc.

Les débuts de Zapata

Zapata a découvert l’art urbain dans les années 80 grâce à MIST qui l’a initié au graff. Mais n’étant pas dans la mouvance hip-hop il se dirige plutôt vers les œuvres de Miss-Tic ou Speedy Graphito.

Après quelques interventions, qu’il qualifie lui-même « d’anecdoctiques », sous différents pseudos, il axe ses recherches plastiques sur la musique. C’est seulement au début des années 2000 qu’il commence à être reconnu pour ses performances de live-painting en ouverture de concerts, festivals, galas… A côté de ça il donnait également des cours dans des ateliers, faisaient des interventions dans écoles et participait à différents projets de compagnies. En 2009 il décide de faire le tri parmi toutes ces activités pour se recentrer sur sa peinture et, tout naturellement, nait l’envie d’investir la rue.

Le streetart, un art sans limite qui s’adresse à tous

Il a choisi le street art car c’est un art résolument contemporain qui s’adresse à tous. Les gens n’ont pas besoin de pousser la porte d’un musée. Par le street art, l’Art vient à eux gratuitement au détour des rues. Et puis, il faut l’avouer, il trouve cela très amusant car la rue est un espace de liberté. Contrairement à la toile qui forcément pose des limites, par ses dimensions et parce qu’elle est plate.

L’espace urbain offre, lui, trois dimensions avec lesquelles l’artiste peut jouer : les parcours, les obstacles et un cheminement. La seule limite est la loi. L’art urbain étant interdit par la loi, les artistes ne peuvent pas faire n’importe quoi, n’importe où.

Les univers de Zapata

Vous faire découvrir Zapata c’est aussi vous parler de ses œuvres. Alors allons-y. L’artiste a plusieurs thématiques : le Petit-Rat de l’Opéra, les fumeuses (de l’apéro), le cinéma et la musique. Il réalise de magnifiques portraits d’artistes, particulièrement en live-painting. Je vous conseille de regarder des vidéos de ses réalisations en live-painting. Il devient alors plus qu’un artiste peintre, il se transforme en danseur avec ses pinceaux. Je suis à chaque fois fascinée par les mouvements de son corps face à la toile.

Zapata aime passer d’un sujet et d’une ambiance à l’autre, recomposer les pochoirs entre eux ou tester de nouveaux supports. La seule chose qui importe pour lui est de toujours rester sincère dans ce qu’il fait.

Zapata en live- painting

Voici quelques images pour vous faire vraiment découvrir la richesse des réalisations de cet artiste que j’admire beaucoup. J’espère qu’il vous charmera tout autant que moi.

Pour commencer une vidéo, car regarder Zapata lors de ses live-painting est un réel plaisir. On a l’impression qu’il danse et que ses partenaires sont les toiles et ses pinceaux.

Et maintenant quelques-unes de ses oeuvres. Vous pouvez les retrouver en intégralité sur son site www.renald-zapata.com/ ou sur son compte Tumblr.

Le choix de l’artiste pour le petit jeu de la chanson de fin de portrait s’est porté sur Batlik, un artiste méconnu. Voilà donc une occasion de découvrir ses mots (ce qui a été mon cas… merci Zapata).

Cette entrée a été publiée dans : Portraits
Avec les tags : , ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

6 commentaires

  1. Pingback: Secret Walls : la première fois où je suis allée à une battle de Streetart | Les petits billets de Miss Acacia

  2. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : Zapata, l'homme ...

  3. Pingback: [ STENCiLiSMeS ] : le pochoir à l’honneur chez Akiza : La Galerie | Les billets de Miss Acacia

  4. Pingback: « Fumeuses & danseuses  de Zapata se mettent en scène chez Akiza : la Galerie | «Les billets de Miss Acacia

  5. Pingback: Anniversaire et dédicace au Lavo//Matik | Les billets de Miss Acacia

  6. Pingback: Interview avec la blogueuse Street Art Miss Acacia - Blog Guillaume Servos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s