Art urbain
1 commentaire

La Manufacture 111 : drôle d’endroit pour des expos

Le saviez-vous ? Un nouvel endroit dédié à la culture a ouvert ses portes à Paris. Ca s’appelle la Manufacture 111. Et ça se trouve rue des Pyrénées dans le 20e. Au 111… ceci explique cela…

Avant son ouverture définitive en 2014 (à priori en avril), la Manufacture 111 a livré 1 500 m2 de parking aux mains du collectif 1984, le temps d’une expo « ludique et expérimentale ». Les artistes ont donc investi chaque recoin du parking pour proposer un thème nouveau chaque week-end (30/11-01/12 : Interzone, 7-8/12 :Symétrie-asymétrie, 14-15/12 : Peur du vide).

Ici vous pouvez voir des expos hétéroclites et étranges, faire des visites insolites dans les sous-sol (on vous conseille vivement de prendre à l’entrée une lampe torche si vous n’avez pas de smartphone). Le samedi soir vous pouvez également faire bouger vos bodies car le parking se transforme en piste de danse grâce à des Djs. Et le dimanche c’est en famille que vous viendrez car des ateliers sont proposés aux enfants pour qu’ils donnent libre-cours à leurs talents artistiques. Et si vous avez faim ou soif tout est prévu.

Pour comprendre un peu mieux la vision du collectif 1984 et leur projet à la Manufacture 111 voici le court extrait du roman « 1984  » de George Orwell qu’ils ont mis en introduction de l’évènement sur Facebook :

J’avais quitté le Parti depuis bien longtemps maintenant, le temps ne comptait plus. L’Interzone me hantait, je ne distinguais plus le jour de la nuit. Ses ruelles me happaient, les passants bizarres ne m’étonnaient plus, j’étais l’un des leurs.

Je me sentais à ma place dans l’interlope des pratiques étranges et des effluves multi-ethniques. Je me souviens qu’au détours d’une masure en bois l’angle d’un building occupa le ciel. Puis deux, puis trois jusqu’à boucher l’horizon. Plus je m’avançais dans le centre plus l’organisation apparente prenait le dessus. Les regards froids des robots de surveillance me perturbaient. Je confondais Humains et Machines.

Ici les constructions et les individus semblaient identiques mais en observant de plus près (je m’étais assis sur un rebord en ciment) j’ai pu constater qu’il ne s’agissait que d’un décor. L’asymétrie humaine faussait cette perfection de lignes et de perspectives. Le chaos se dissimule comme il peut dans les constructions rigides.

Les plus sales postures se prennent au 66 ème étage dans des bureaux neufs et climatisés, c’est là que l’Avenir Commercial Terrien se décide.

Je pris quelques clichés avec mon argentique puis m’en retournais vers les miens.

Personne ne m’a cru malgré les clichés que j’ai pu montré, et aujourd’hui encore je crois avoir rêvé.

C’est peut être mieux ainsi…

Winston Smith (personnage principal dans le roman de George Orwell « 1984 »)

C’est un lieu étrange qui mérite une petite visite. Voici quelques photos. Mais vous avez encore un week-end pour aller voir ça par vous-même.

Visite « photographique » de la Manufacture 111

Pour accompagner la visite voici un mix electro de Superpoze.

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

1 commentaire

  1. Pingback: ArtWork : le street art passe l’été à la Manufacture 111 | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s