Coups de coeur
1 commentaire

« Ombline », une mère en prison

Je n’ai pas l’habitude parler ici de films que je vois à la télé. Mais je vais faire une exception pour celui que j’ai regardé hier. Il s’appelle « Ombline ». Il a été réalisé par Stéphane Cazes et le rôle principal est magistralement interprété par Mélanie Thierry.

Ce film est sorti il y a un an et perso je n’en ai jamais entendu parler. Quel dommage. Voilà un film qui aurait mérité d’être vu par un plus grand nombre.

Pour l’interprétation surtout. Comme je le disais en préambule, Mélanie Thierry est magistrale dans ce rôle. A la fois fragile et forte. Parce qu’être mère c’est ça. Et encore plus dans le monde impitoyable de la prison.

Parce que le film se déroule en prison. L’histoire c’est celle d’Ombline, jeune femme qui se retrouve en prison pour 3 ans après avoir violemment agressé un policier. Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’elle est enceinte. Cet enfant elle va l’avoir en prison. Et, comme la loi le permet, il va rester vivre avec elle jusqu’à ses 18 mois. Ensuite, il sortira de la prison pour aller vivre dans une famille.

Pendant ces 18 mois, Ombline va se battre et changer pour pouvoir garder son fils auprès d’elle et surtout, en avoir la garde à sa sortie de prison. Bien plus qu’un film sur le milieu carcéral, cette histoire est celle d’une reconstruction, d’un voyage initiatique d’une jeune femme qui jusque là n’avait appris à vivre que dans la violence pour survivre. Son enfant va lui apprendre la douceur, l’Amour avec un grand A. Grace à lui, elle va découvrir que la relation aux autres peut aussi se faire dans le rire et le partage (émouvantes scènes de couture avec un groupe de femmes qui préparent un spectacle de Noël ou celles avec une autre jeune maman qui ne sait pas lire).

Ce film m’a beaucoup émue. J’avoue j’ai même pleuré. J’ai repensé à la naissance de mes « petits ». A cette espèce d’amour animal qui nait lorsqu’on les serre contre soi. J’ai imaginé ma détresse si on me les avait « enlevés » après 18 mois de vie avec eux. Et c’est tout simplement insupportable.

Pour en revenir à l’interprétation, je voudrais citer d’autres actrices, qui elles aussi apportent beaucoup à ce film. Corinne Masiero, géniale en compagne de cellule camée et sans pitié. Nathalie Bécue, matone impitoyable à l’intérieur mais « humaine » à l’extérieur.

Un très beau film sur un monde sans pitié. Même si le quartier de la pouponnière semble être un peu « protégé » de la véritable violence de la prison. Bouleversante, Mélanie Thierry porte le film vers le haut magnifiquement.

Je vous laisse avec un joli cadeau musical de Morgan Lilly pour tous ses amis… Merci. La voix sublime de Christina Aguilera et la musique d’Herbie Hancock.

Cette entrée a été publiée dans : Coups de coeur
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

1 commentaire

  1. Pingback: Mon année 2013 : des films, du streetart, de la musique… | Les petits billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s