Art urbain
Laisser un commentaire

Ma première fois à l’Urban Art Fair

L’Urban Art Fair a ouvert ses portes le 19 avril 2017, pour la deuxième année consécutive pour quatre jours de rendez-vous dédiés au marché de l’art urbain. Cette année, j’ai eu une invitation au vernissage de Urban Art Fair alors je me suis dit que j’allais aller voir ça de plus près.

L’Urban Art Fair c’est quoi ?

Foire internationale entièrement dédiée à l’art urbain, la 1ère édition d’Urban Art Fair s’est tenue en avril 2016 au Carreau du Temple à Paris. Rassemblant 33 galeries, dont 22 françaises et 11 internationales, qui ont présenté les œuvres de près de 200 artistes, cette 1ère édition a attiré plus de 20.000 visiteurs. Avec un succès public, critique et commercial, Urban Art Fair s’impose comme LE rendez-vous dédié au marché de l’art urbain.

Avec un jour d’exposition supplémentaire pour cette nouvelle édition, Urban Art Fair accueille au Carreau du Temple une sélection encore plus exigeante de galeries françaises et internationales spécialisées en art urbain, offrant un panorama de l’art urbain au Carreau du Temple .

De nombreuses galeries ayant exposé à la 1ère édition sont de nouveau présentes en 2017 : Galerie du jour Agnès b., Galerie Ange Basso, Galerie Artistik Rezo, Galeries Bartoux,
Galerie Berthéas les Tournesols, Galerie Brugier-Rigail, David Pluskwa Art Contemporain, Galerie 42b, Green Flowers Art, Joël Knafo Art, Lézarts Urbains, PDP Gallery et Galerie Wallworks pour les galeries françaises ; Vroom & Varossieau, Urban Spree et Urban Art Gallery pour les galeries internationales.

12 nouveaux exposants en 2017 : Avenue des Arts (HongKong), Galerie Bel Air Fine Art (Genève), Art in the Game (Londres), Pretty Portal (Düsseldorf), Galerie Mathgoth (Paris), Openspace (Paris), NUNC   ! / Critères Éditions (Paris, Grenoble), Le Grand Jeu (Paris), Galerie Géraldine Zberro (Paris), Galerie Lelia Mordoch (Paris), Galerie Saltiel (Aix-en-Provence), H Gallery (Paris).

Urban Art Fair offre un panorama de l’art urbain contemporain avec des artistes de tous horizons : Cope2, Toxic, Seth, Erell, Bault, Popay, Quick, London Police, Cranio, Banksy, Keith Haring, Obey, Nowart, Monkey Bird et bien d’autres… De nombreux artistes seront présentés à travers des group shows, des installations, des solo shows ou encore des collaborations inédites.

Et l’art urbain dans tout ça ?

Cette année, j’ai eu une invitation au vernissage de Urban Art Fair alors je me suis dit que j’allais aller voir ça de plus près. Comme je n’aime définitivement pas les vernissages (trop de monde, bousculades, rien voir…), j’ai profité de la possibilité de rentrer deux heures avant (avantage de la presse ! ) pour faire mon petit tour.

J’ai retrouvé quelques-unes des galeries (et les galeristes) que je visite régulièrement pour voir des expos. J’ai croisé quelques connaissances venues, elles aussi, faire des photos. J’ai arpenté les allées avant que la foule ne les envahisse. J’ai pris pas mal de photos parce qu’il faut bien le dire, il y avait de jolies (ou/et intéressantes) oeuvres sur les murs.

Mais à la sortie, je n’étais pas si satisfaite que ça. Je comprends que les galeries et les artistes qui ont eu la chance d’être sélectionnés soient ravis d’être là. Il faut bien que les uns et les autres gagnent leur vie. Pour continuer de créer, les artistes doivent vendre leurs oeuvres. Enfin tout ça quoi. Pourtant, même si je sais et comprends, j’avais quand même un petit goût amer dans la bouche en quittant le Carreau du Temple.

Car où est l’art urbain dans tout ça ? Parce que quand même, l’intérêt de cet art est d’être dans la rue car l’environnement (le mur, le mobilier, l’espace…) joue son rôle dans la perception que nous avons d’une oeuvre. Moi, ce qui me plaît, c’est de découvrir un graffiti ou un collage au détour d’une rue, d’être surprise, de rester bouche bée… C’est ça qui m’a attirée dans le street art, c’est pour ça que j’ai commencé à en parler ici.

L’Urban Art Fair en images

Je vous livre quand même quelques photos ici (et, comme d’habitude, dans un album beaucoup plus complet Urban Art Fair 2017) parce que j’ai vu des choses intéressantes pendant ma visite. Mon goût pour l’art dans la rue n’enlève rien au talent véritable des artistes. Et une fois admis que Urban Art Fair est une foire de l’art pas plus « urbaine » que les autres, mais une foire de l’art tout simplement, on se régale !

J’ai été enchantée de retrouver les oeuvres de Philippe Hérard, Jo di Bona, Stew, Noe Two, Arnaud Rabier (Nowart), Findac, Jérôme Mesnager (enfin une seule ?!…) Jana & JS, Anders Gjennestad, Seth et Levalet dans une très belle mise en scène de la Galerie Géraldine Zberro. j’ai également fait de jolies découvertes avec Mr Cenz, Hendrik Czakainski (gros coup de coeur pour ses modélisations de bidonvilles avec les toits en tôle ondulée, serrés les uns contre les autres) et Peeta.

Urban Art Fair
Le Carreau du Temple
4 Rue Eugène Spuller
75003 Paris

Du 20 au 23 avril 2017
Jeudi 20 avril de 11h à 20h
Vendredi 21 avril & samedi 22 avril de 11h à 22h
Dimanche 23 avril de 11h à 19h

Maintenant passons à la pause musicale. Aujourd’hui, j’ai choisi pour vous le groupe Chromatics.

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s