Art urbain
2 commentaires

Rosa Parks : un Mur pour le « Vivre ensemble »

La ligne E du RER parisien compte une nouvelle station. Elle s’appelle « Rosa Parks », du nom de cette femme emblème de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux USA. Tout un symbole dans un quartier dit « difficile » où l’espace urbain est à reconquérir après avoir été laissé à l’abandon pendant des décennies.

La reconquête par la culture

Au lendemain des attentats contre Charlie-hebdo, en janvier dernier, la mairie du 19e missionne le  collectif GFR de monter un projet dans le cadre du « budget participatif de renconquête urbaine« . L’objectif doit être de « favoriser la culture dans les quartiers difficiles et dans les périphéries mornes de la capitale ». Tout un programme !

Cette association n’en est pas à son coup d’essai. Elle est déjà à l’origine de nombreux projets urbains à la Goutte-d’Or comme durant Nuit blanche 2015. Cette fois, c’est un mur qu’ils ont choisi. Et des artistes urbains.

Nous avons voulu représenter les valeurs de Rosa Parks, soit le vivre ensemble, le pouvoir d’agir, les luttes contre les discriminations, l’égalité homme-femme. Martial Buisson, fondateur de l’association GFR

Plus qu’une fresque, un lieu d’échange

A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle gare du RER E portant le nom de Rosa Parks, 4 femmes streetartistes ont investi un mur de 400 mètres de long, face au Centquatre (Rue Riquet – Rue d’Aubervilliers) : Bastardilla, Tatyana Fazlalizadeh, Katjastroph et Kashink. Elles ont demandé à un homme, Zepha, de les accompagner. D’autres artistes se sont joints au projet, comme Vinie Graffiti, Doudou ou encore Ernesto Novo.

Ce projet va au-delà de la réalisation d’une fresque. Il a été aussi l’occasion d’encourager les habitants à se réapproprier la rue, à intervenir et à discuter les choix artistiques, aux cours d’ateliers et de débats qui se sont déroulés depuis le mois d’octobre, avant que les artistes commencent à peindre. Elle restera en place pendant 6 mois.

Le mur Rosa Parks en images

Après ma visite de l’expo « Paris Chéri-e » de Kashink, j’ai filé au mur Rosa Parks pour découvrir le travail de tous ces artistes. Voici ma « récolte » d’images. Je ne peux pas tout mettre ici alors n’hésitez pas à aller dans ma galerie pour en prendre plein les yeux : Le Mur Rosa Parks

Pour finir en musique, j’ai choisi cette vidéo du grand artiste Ibrahim Maalouf. Il dénonce ici les risques d’un état d’urgence prolongé…

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

2 commentaires

  1. Pingback: Le « Paris Chéri-e  de Kashink | Les billets de Miss Acacia «

  2. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s