Expos
2 commentaires

Le renouveau du musée Rodin

Après trois ans de rénovation, le musée Rodin a réouvert ses portes au public depuis le 11 novembre 2015. Ce jour-là j’y étais, invitée à l’inauguration par un ami photographe (vous pouvez voir ses photos ici Alain Sauzéat Photographies ou ici sur Instagram).

Ma découverte du Musée Rodin

Depuis j’ai eu mille choses à faire et à vous dire et j’ai un peu oublié Auguste Rodin. Mais ça y est, je prends enfin le temps de trier les photos et d’écrire quelques mots sur la nouvelle mise en beauté d’un de mes musées préférés à Paris.

Lorsque je suis arrivée à Paris, il y a maintenant plus de 25 ans, c’est un des premiers musée que j’ai visité (avec celui de Picasso). Je suis tout de suite tombée sous le charme de ce très beau hôtel particulier et de ses magnifiques jardins. J’ai aimé que l’exposition des oeuvres se poursuive à l’extérieur. Ainsi, après la visite du musée, on peut flâner au milieu des arbres et admirer les sculptures disposées deci-delà.

J’y étais retournée en 1991 pour l’exposition des oeuvres de Camille Claudel. J’ai encore le souvenir des sculptures de la jeune femme. Il y a tant de finesse et de sensibilité dans ses sculptures. J’ai passé des heures à les observer une à une. J’en ai revu quelques-unes lors de l’inauguration du 11 novembre et le charme a à nouveau opéré.

Jeunes gens qui voulaient être les officiants de la beauté, peut-être vous plaira-t-il de trouver ici le résumé d’une longue expérience. (Testament artistique de Rodin)

Le renouveau du Musée Rodin

En 1919, selon la volonté d’Auguste Rodin, un musée consacré à son oeuvre ouvrait dans l’hôtel particulier Biron, rue de Varennes. Ici furent donc exposées la totalité des oeuvres que l’artiste donna à l’Etat en 1916. Depuis, plus de 700 000 visiteurs viennent chaque année. Il devenait urgent de faire des travaux pour restaurer les parquets et les huisseries usés mais également mettre le musée aux normes de sécurité et d’accessibilité.

Cette rénovation a été l’occasion d’une refonte complète du parcours muséographique. La présentation porte un nouveau regard sur les collections du musée et le processus créatif de l’artiste est au cœur de la réflexion de ce parcours. À cette occasion, de nombreuses pièces en plâtre, qui illustrent la genèse de l’œuvre de l’artiste, ont été restaurées et sorties des réserves.

Le parcours à la fois chronologique et thématique se déroule sur 18 salles ainsi qu’un espace dédié aux collections d’arts graphiques et de photos, qui n’existait pas. Une salle («Rodin à l’hôtel Biron») restitue la présence de Rodin à l’hôtel Biron, sa demeure à partir de 1908. Le mobilier a été restauré à cette occasion, et ce cabinet de curiosités présente à la fois des œuvres du maître mais également des éléments de sa collection d’antiques à laquelle il tenait beaucoup. Cette collection, peu montrée jusqu’à maintenant, fait elle aussi l’objet d’une présentation dans la salle «Rodin et l’Antique». L’accrochage d’une cinquantaine de peintures de la collection de l’artiste est également une découverte pour le public, le Père Tanguy de Van Gogh ou le Penseur d’Edward Munch, ou encore le Théâtre de Belleville d’Eugène Carrière.

Grâce à la générosité de la fondation Iris & B. Gerald Cantor, le mobilier a été spécialement conçu pour accueillir les sculptures dans les espaces rénovés. Farrow & Ball, partenaire du musée, a créé une couleur unique, Biron Gray, pour mettre en valeur les œuvres.

« La sculpture au coeur de la rénovation »

Mon impression après cette visite est un peu mitigée. J’ai admiré les nouveaux parquets et les huisseries absolument magnifiques. J’ai été agréablement surprise de découvrir que Rodin peignait. Et j’ai adoré voir les peintures de Munch ou de Van Gogh. Par contre, j’ai été déçu que les (trop) rares pièces de Camille Claudel, perdues au milieu d’autres sculptures. Il faut chercher « La petite châtelaine » pour la dénicher dans une vitrine !

L’équipe du « renouveau » a voulu mettre « la sculpture au coeur de la rénovation » et c’est effectivement le cas. Des sculptures il y en a ! Plein ! Trop même ! Dans certaines pièces il y en a tant qu’on finit par ne plus très bien voir chacune. Les oeuvres finissent par se noyer dans un trop-plein de création… Selon moi, à trop vouloir en montrer, on finit par ne plus rien montrer. Je suis donc sortie du musée déçue et un peu abasourdie. Heureusement, les jardins étaient là pour me redonner une bouffée d’air.

Cela n’est bien que sur que mon point de vue. Maintenant à vous d’aller voir tout ça de plus près et de vous faire votre propre idée.

Musée Rodin
77 rue de Varenne,
75007 Paris

Le musée Rodin en images

Voici quelques images de ce musée tout neuf. Pour voir l’ensemble de mes photos il faut venir ici Le renouveau du Musée Rodin

En conclusion musicale, je partage avec vous un morceau entendu à la radio il y a quelques jours. Un p’tit bonheur musical !

 

Cette entrée a été publiée dans : Expos
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

2 commentaires

  1. Pingback: 2015, du Beau pour oublier le Triste | Les billets de Miss Acacia

  2. Pingback: Rodin, l’exposition du centenaire au Grand Palais | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s