Art urbain
1 commentaire

Les p’tits papiers de Mademoiselle Maurice donnent des couleurs au WIP

En 2010, le Parc de La Villette ouvre le WIP Villette, lieu de résidence d’artistes issus de la culture hip-hop ou qui cherchent à faire dialoguer art, culture et société. Elle a pour vocation de développer et pérenniser des actions autour de projets artistiques « hors normes » afin de valoriser ces « champs de la création artistique encore peu reconnus pourtant générateurs de lien social et représentatifs de toutes les diversités ».

Devant la résidence sont installés deux grands panneaux sur lesquels quatre artistes urbains sont invités à venir s’exprimer chaque année. Pour notre plus grand bonheur, l’artiste conviée cette année, par Art Azoï et le Parc de La Villette, en ouverture de la nouvelle saison est Mademoiselle Maurice. Pendant 3 jours, du 14 au 16 mars 2015, l’artiste a déposé ses origamis rouges, oranges, jaunes, verts ou encore bleus sur deux immenses murs noirs. Je n’ai malheureusement pas pu aller voir travailler l’artiste pendant le week-end. Mais je ne voulais pas rater cet évènement. J’ai donc fait le « boulot buissonnier » cet après-midi (il faut dire que le temps printanier qui régnait sur Paris donnait envie d’être en balade plus que devant un écran…) pour me rendre à La Villette découvrir la fresque. Mais je vais trop vite… Tout d’abord une courte présentation de la jeune femme pour qui ne la connaitrait pas.

Née et ayant grandi dans les montagnes haut-savoyardes, Mademoiselle Maurice est une artiste française de 29 ans. A la suite d’étude en Architecture à Lyon, c’est à Genève puis Marseille qu’elle a posé ses valises, avant de partir vivre une année au Japon.

A la suite de cette année au pays du soleil levant, et suite aux tragiques événements du 11 mars 2011 (Tremblements de terre, tsunami et explosion de la centrale nucléaire de Fukushima) alors qu’elle vivait à Tokyo, elle décide de commencer à composer ses œuvres plastiques et urbaines en lien avec ces faits.
Elle s’appuie sur la légende des 1000 grues et sur l’histoire de Sadako, petite fille ayant vécu le drame d’Hiroshima.
Aujourd’hui installée à Paris, Mademoiselle Maurice élabore puis crée au sein de sa mini pièce de travail d’innombrables œuvres colorées , portant les fruits d’un parcours riche d’influences et d’enseignements.

Via l’origami, ou la dentelle, voire la broderie, ou encore d’autres techniques mixtes, elle donne naissance à des œuvres en prise directe avec son quotidien. Ces matériaux fétiches étant le papier (recyclé) et le fil, elle aime mettre en forme ces matériaux nobles et naturels de manière complexe.
Surgissant de la grisaille parisienne, voit donc le jour une nébuleuses d’œuvres rompant avec la monotonie urbaine. Véritable ponctuation de la ville comme de sa vie, l’œuvre de cette jeune artiste débordant d’imagination s’affiche radicalement hors les murs de son espace de travail.
De ces créations ouvertement positives, ultra colorées et revendicatives, émane un carrousel d’émotion ou tout un chacun trouve écho à sa propre sensibilité.
Légère en apparence, l’œuvre de Mademoiselle Maurice interroge et soulève bien des questions quant à la nature humaine et les interactions que l’homme et son environnement entretiennent.
Souffle de fraicheur mais vraie réflexion évolutive, la démarche artistique de Mademoiselle Maurice ouvre, en pavant de couleurs la dualité d’une réalité aussi attirante que repoussante, de large espaces d’abstractions dans la cité.

L’oeuvre réalisée au WIP Villette est fidèle à ce que nous connaissons de Mademoiselle Maurice, une ode à la couleur et à la légèreté. Encore une fois, elle met de la joie au milieu du métal et du gris du béton, ce coin du Parc de La Villette, proche du boulevard Corentin Cariou, n’étant pas le plus sympa. Pour vous aider à vous faire une idée, voici quelques photos prises hier. J’ai eu tout le temps de tourner autour, de loin, de près. J’ai même rencontré un groupe de femmes hyper sympa avec lesquelles j’ai fait un brin de conversation. Si j’étais arrivée un peu plus tôt elles m’auraient invitée à boire le thé avec elles, assises sur les marches devant les petits papiers de Mademoiselle Maurice. Malheureusement il n’en restait plus une goutte !

Le vernissage aura lieu le vendredi 20 mars à 19H, devant le WIP Villette.

On peut les voir aussi par ici : Les p’tits papiers de Mademoiselle Maurice

Je vous quitte avec un trio de choc : Jane Birkin, Serge Gainsbourg et Jacques Dutronc qui interprètent une chanson de circonstance… « Les p’tits papiers ».

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

1 commentaire

  1. Pingback: Mademoiselle Maurice ​et sa « Rainbow Mutant Nation » à la galerie Mathgoth – Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s