Coups de coeur
3 commentaires

Flo Zink et les « Veilleurs de Lune »

J’ai rencontré Flo zinc il y a quelque mois à l’occasion de « La Voie est libre  « . L’espace de quelques minutes elle nous a fait oublier la foule qui se pressait sur la Nationale. Le temps d’une chanson sous son grand parapluie tout coloré.

Ma rencontre avec Flo Zink

Ce jour-là j’ai découvert « Nous, les vieux rêves » et j’ai immédiatement était touchée par la poésie des mots de Flo Zink, mais aussi par son sourire et la douceur de son regard. Alors j’ai cherché à en savoir un peu plus sur elle, je l’ai contactée sur Facebook où nous sommes devenues « amies », ce qui me permet de suivre ses concerts.

Depuis la rentrée, elle a entamé une tournée avec de nouvelles chansons aux titres qui donne envie d’aller plus loin : « La fille par chemin », « Les peurs cailloux » ou encore « Qui fuis-je ». Et pour ça une seule solution : aller la voir lors d’un de ses concerts. Alors samedi soir je me suis rendue à l’Angora (vers Bastille). C’est un bar-restaurant parisien sympa qui abrite une petite salle de concert, en haut d’un escalier caché au fond de la salle. Très vite la salle a été comble et Flo Zink a donc chanté à guichet fermé !! Oui oui. Mais c’est parce que cette jeune femme le « vaut bien ».

Je reprend ici les quelques mots de présentation qu’elle m’a envoyés pour vous la présenter.

Avec son énergie de comédienne, Flo Zink vous emporte dans sa douce folie sur des mélodies pop folk, bossa, tango, jazz… Elle vous fait partager son monde fantaisiste et poétique, nourri de voyages, de danses et de rencontres et chausse même ses claquettes pour la balade d’une américaine à Paris. 

Les chansons de Flo Zink interrogent nos héritages, nos rêves, nos peurs, notre quotidien peuplé d’amis virtuels, nos élans amoureux et nos gadins. Elles racontent aussi ces hommes ici qui dorment sous la lune et là-bas, ces femmes éprises de liberté. Accompagnée à la guitare par Martial Bort, Flo Zink nous offre un regard amusé, tendre et sensible, parfois décalé sur les êtres que nous sommes.

Voilà, tout est dit. Pendant une heure et demi de concert nous emmène effectivement en balade dans son univers poétique. Elle nous parle de nous et de la vie avec beaucoup de tendresse et d’humour. Parce qu’elle est pétillante Flo Zink. Sa bienveillance déborde. Son plaisir à être là avec nous est palpable. Pendant le concert elle nous offre des mandarines pour provoquer des rencontres (elle avoue même essayer de jouer les entremetteuses… au cas où… en partageant une mandarine avec son voisin (ou sa voisine)…), elle danse avec des gens du public ou encore s’essaie à la guitare.

L’univers poétique de Flo Zink

Il lui a fallu deux ans pour écrire les chansons de cette tournée. Il lui a fallu du temps car elles sont nées de rencontres artistiques et humaines. En particulier avec le chanteur lyonnais Frédéric Bobin (et là le monde est petit… minuscule même. Cet artiste je l’avais découvert dans une toute petite salle de concert dans le nord de Paris, La Menuiserie, en 2011) et j’avais adoré. Ses textes, sa musique, sa personnalité (bon il faut être honnête il est aussi très joli garçon). Tout quoi. Bref du coup c’est assez drôle de le « retrouver » dans le petit monde de Flo Zink… mais en même temps pas étonnant. Il a donc mis en musique six de ses chansons : « Les peurs Cailloux »,  « Un homme, un vrai »,  « On veut des étoiles », « La fille parchemin », « Nous, les Vieux rêves ».

Mais ses « amitiés » artistiques ne s’arrêtent pas là. Elle a également collaboré avec la chanteuse parisienne « Une femme mariée » qui a mis en musique « Qui fuis-je ? » et « Marée Haute, marée basse ». Et avec Mikael Larrieu , un artiste bordelais, pour « Traces » et « Les Veilleurs de Lune ».

Elle nous offre également des chansons drôles et très bien écrites par d’autres artistes, comme « Papa Ecolo » (texte de Brigitte Leyrit et musique de Eric Denis), « Ma vie en nucléaire » (texte de Fabien Sanlaville et musique de Frédéric Bobin), « Préliminaires » (texte de Manu Lods et musique de Lemanu Vizioz) ou encore « Saké » (texte de Nicole Guillin et musique d’Ignatus). Elle explique qu’au moment où elle montait son projet elle traversait un moment un peu triste de sa vie et que ses mots reflètent son état d’esprit. Alors elle est allée chercher des textes plus drôles chez les autres. Ces artistes ont donc accepté d’écrire pour elle ou de lui « prêter » un texte. Car, comme elle l’a appris avec Claude Lemesle dont elle a suivi les ateliers d’écriture, « Tout seul, on n’est pas assez ».

Parlons enfin de sa dernière collaboration. Celle avec Martial Bort, le guitariste qui l’accompagne actuellement (et que j’ai donc découvert samedi soir). Il y a entre eux une belle complicité qui permet à Flo Zink de jolies (et souvent drôles) transitions entre les chansons. Ils ont deux projets ensemble : un petit CD de 5 chansons pour début janvier (oui oui oui j’ai hâte !). Et surtout, ils essaient de développer un nouveau concept : les scènes à domicile. Pour ce projet vous trouverez toutes les infos ici : http://www.concertenappart.com

Pour l’écouter et en savoir un peu plus sur elle et ses dates de concert il faut aller sur Mupiz.. en attendant qu’elle ait son site rien qu’à elle !

Quelques paroles des chansons de Flo Zink

Avant de vous laisser en musique, j’ai très envie de vous offrir quelques textes de Flo Zink. Parce que je les trouve vraiment jolis et plein de poésie. Sur les huit textes qu’elle m’a envoyés, j’en ai choisi quatre… pour ne pas tout dévoiler et vous laisser découvrir. Ce sont mes préférés…

Final en musique comme toujours avec la seule vidéo de Flo Zink que j’ai réussi à trouver. Pour vous donner une petite idée. Il s’agit ici d’une chanson très drôle sur l’égocentrisme de l’artiste… mais pas que…

Cette entrée a été publiée dans : Coups de coeur
Avec les tags : ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

3 commentaires

  1. Merci pour tous ces bons plans. Et même si je n habite pas Paris et ne peux faire autant d expos que je le souhaiterais, je me regale à la lecture de vos posts.
    Marido

    J'aime

  2. Pingback: 2014, une année bien remplie | Les petits billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s