Art urbain
4 commentaires

« Take away » avec Li Dilian

Au mois d’avril je vous avais déjà parlé de Li Dilian (« Mon coup de coeur pour Li Dilian » ) parce que j’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour les dessins de cette artiste. Ils sont emplis de poésie et les petits messages qu’elle y associe ont plusieurs fois fait échos. Tout ça m’avait donné envie de la rencontrer.

Lors de ce premier rendez-vous j’avais découvert une jeune femme charmante et tellement accessible. Nous avions parlé de ses dessins et des débuts de la reconnaissance par des inconnus. Mais aussi de la vie, de nos vies. Et c’était étrange. Un peu comme si on se connaissait déjà.

Cette première rencontre m’a donné envie de la revoir. Pour parler encore de la vie, de l’art, de l’amour… Mais j’avais aussi très envie de partager avec elle un collage. Pour voir comment ça se passe, quelles sont les réactions des gens. Et j’ai beaucoup de chance. Elle a tout de suite accepté. Nous avions donc rendez-vous hier soir, dans un très joli parc parisien.

Après quelques minutes de « Bonjour, comment ça va ? Alors les vacances ? Et toi le boulot ? » (les salamalecs habituels quoi.)… nous sommes parties coller ses dessins sur les murs parisiens.

Dès la sortie du parc elle a repéré un beau mur bien propre. Elle a sorti ses affaires de son « sac à malice » et s’est laissée photographier de très bonne grâce. Quelques personnes la regardaient en passant, le regard interrogateur. Les plus curieux étaient les enfants. Mais personne n’a osé venir lui parler pour satisfaire cette curiosité.

Après un premier collage, nous nous sommes installées à la terrasse d’un café vraiment sympa sur une place très agréable, avec vue sur Paris. En sirotant quelques mojitos, nous avons repris notre conversation. Nous avons beaucoup parlé de sa « vie d’artiste » (mais pas que…) car depuis quelques temps les choses bougent pas mal pour elle. Elle exposera au Cabinet d’amateur (12 rue de la Forge, Paris 11) du 5 au 14 septembre. N’hésitez pas y aller. Ca va être une belle expo collective. D’autres projets encore commencent à voir le jour. Des « aficionados » lui passent des « commandes ». Et puis son envie de dessiner grandit, elle veut expérimenter de nouvelles choses sur de nouveaux supports. Son « Moi » artiste prend toute sa place. On sent qu’elle assume beaucoup mieux qu’au mois d’avril cette part d’elle même. Et, subtil changement… Sa grande mèche ne recouvre plus son visage. Surement un signe… C’est vraiment un privilège (enfin je trouve… mais c’est très personnel ça…) de partager ça avec une artiste, de la regarder évoluer, grandir, prendre de l’assurance. Et je remercie sincèrement Li Dilian de se livrer comme ça. C’est très touchant.

Nous avons fini par repartir coller ses dessins. Il lui restait encore une enveloppe et un dessin « particulier » qu’elle ne peut coller que sur une cabine téléphonique !! Que nous avons cherchée… en vain. A l’heure du téléphone mobile, point de sursis pour les cabines. Dommage, j’aurais vraiment aimé faire ça avec elle. En plus je ne sais même pas à quoi ressemble ce fameux dessin. Alors j’attend avec impatience qu’elle trouve (enfin) une cabine et qu’elle mette une photo sur Facebook !!

Après ce deuxième collage nous nous sommes quittées. Notre prochain rendez-vous c’est le 5 septembre au Cabinet d’amateur. D’ici là, je lui souhaite tout plein d’imagination… pour notre plus grand plaisir.

En remontant vers ma voiture, je suis repassée par la petite place. Aucun dessin n’avait été pris. Alors j’ai commencé. J’en ai choisi un que je trouvais très beau. Il nous dit « C’est comme un baiser qui s’échappe dans une main qui s’effleure ». Toujours la même tendre poésie.

Je vous encourage vraiment à découvrir cette artiste. Ses dessins lui ressemblent tellement. De la douceur mêlée à de l’espièglerie. De la poésie ancrée dans la vraie vie.

Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook « Dilian ».

Ou encore sur son site http://www.dilian.fr/

Allez voir. Ca vaut vraiment une visite. Vous allez découvrir de la poésie, de la douceur, beaucoup d’émotion, des dessins et des mots qui feront forcément échos.

Pour partager avec vous ce beau moment en compagnie d’une belle artiste en devenir, je vous offre quelques photos.

Et je finis en musique avec une chanson qui va à merveille avec un dessin de Dilian qui nous parle de partage et d’amour. Winston McAnuff et son « Garden of Love ».

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

4 commentaires

  1. Pingback: Mon année 2013 : des films, du streetart, de la musique… | Les petits billets de Miss Acacia

  2. Pingback: Quand Dilian nous raconte une histoire d’araignée… | Les petits billets de Miss Acacia

  3. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : La poésie de Dilian | Les petits billets de Miss Acacia

  4. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : La poésie de Dilian | Billets de Miss Acacia Test

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s