Expos
Laisser un commentaire

Venenum, une histoire du poison au Musée des Confluences

Couv Venenum

Que ce soit un moyen de défense ou de pouvoir, une arme mortelle ciblée ou diffuse, une menace environnementale ou encore un espoir pour la médecine de demain, les poisons ont toujours suscité crainte et fascination. Du 15 avril 2017 au 7 janvier 2018, le Musée des Confluences accueille « Venenum, un monde empoisonné », une drôle  d’exposition, consacrée aux poisons ! Rendez-vous au musée, pour découvrir les secrets et mystères des poisons et venins… 

Lundi j’ai pris la direction du Musée des Confluences pour participer à une après-midi consacrée à l’innovation et à la formation. J’ai assisté à des débats et des ateliers vraiment intéressants. Enfin… quand tu bosses dans le secteur de la formation bien sûr… Ou que tu t’intéresses à l’innovation. En plus, cet événement m’a permis de lier travail et plaisir car dans le programme était compris une visite de l’exposition « Venenum, un monde empoisonné » et une conférence d’Idriss Aberkane !

Venenum, un monde empoisonné

D 15 avril 2017 au 7 janvier 2018, le musée des Confluences vous invite à une découverte historique et scientifique du monde empoisonné. L’exposition « Venenum, un monde empoisonné » retrace l’histoire et l’incroyable ambiguïté des poisons au fil des siècles : leur rôle dans l’histoire et la culture, la science et les croyances, la médecine et la criminologie.

VENENUM. Sous ce titre énigmatique, se dissimule un monde empoisonné. Le mot latin venenum peut se traduire par poison et revêt des significations diverses : venin, breuvage magique, substance dangereuse ou médicamenteuse.

A travers ce titre, se jouent donc les ambiguïtés du poison, à la fois mixture élaborée à des fins criminelles et substance originellement présente dans le milieu naturel.

Mais il est aussi une préparation qui, en fonction de son dosage, pourra être mortelle ou salvatrice.

Entrez dans le monde du poison…

Pour cette exposition, les organisateurs ont décidé de faire cohabiter dans un même espace des oeuvres d’art et des espèces vivantes. En effet, pour la première fois dans l’histoire des musées de France, des spécimens vivants sont présentés au public. Ce sont en tout 64 espèces qui sont ainsi exposées dans des vivariums, dont douze sont venimeuses ou vénéneuses.

Cette exposition est l’occasion de faire la différence entre venimeux et vénéneux. pas si facile n’est-ce pas ? Un petit film très pédagogique nous l’explique : est venimeux ce qui diffuse un venin (serpents, scorpions, oursins…) et vénéneux ce qui contient une substance toxique (des végétaux et quelques animaux).

On apprend aussi que depuis l’Antiquité le maquillage est truffé de poison ! Par exemple, chez les romains, le blush était à base de mercure (pour rosir les joues) et le khôl à bas de plomb. Au début du 20ème siècle on utilisait du radium dans des crèmes de soin. Et aujourd’hui le Botox, molécule hautement dangereuse qui permet de « rester jeune » !

Tout savoir du poison en quatre parties

  1. Histoires de poison qui nous font remonter le fil de l’Histoire jalonné d’empoisonneuses célèbres, telles que Cléopatre ou Catherine de Médicis, et d’empoisonnés.
  2. Venins et toxines : bactéries, micro-algues, champignons, plantes et animaux comptent de nombreuses espèces produisant des poisons. Dans un « jardin toxique », on découvre la grande variété des poisons présents dans la nature : herbiers, arsenic, espèces venimeuses ou toxiques, naturalisées, ou vivantes.
  3. Usages du poison : faire la guerre, chasser, éradiquer les nuisibles mais parfois aussi améliorer notre vie quotidienne, les poisons ont de multiples usages. Un mur de vidéos à lancer « tactilement » nous rappelle, en de courts reportages, que les guerres récentes furent de terribles terrains d’expérimentations du Zyklon B et d’autres gaz assassins.
  4. Du poison au remède : venins, plantes et minéraux toxiques, l’expo nous fait découvrir comment les toxines peuvent devenir des alliés pharmaceutiques.

De nombreux dispositifs audiovisuels donnent au visiteur un point de vue pédagogique et contemporain sur le sujet. Ainsi, vers la fin de l’expo, on peut s’installer pour écouter les scientifiques Denis Zmirou-Navier (épidémiologiste), Franceline Marano (biologiste cellulaire et toxicologue), Xavier Reboud (agronome, écologue) et Robert Barouki (biochimiste et toxicologue). Ils nous parlent pollution, écologie, sauvegarde de la planète. Passionnant.

« Venenum, un monde empoisonné » en images

Pour vous donner une petite idée de ce que vous pouvez découvrir au Musée des Confluences, voici quelques images. La qualité n’est pas au RDV mais les photos ont été prises avec un smartphone avec très peu de lumière. En effet, l’expo se déroule dans la pénombre, avec une voix  OFF qui vous parle, ce qui donne un côté très mystérieux à votre visite.

J’espère vous avoir donné envie de découvrir cette expo. Une bonne idée pour vous occuper (avec vos bambins si vous en avez) pendant les vacances.

Musées des Confluences
86 Quai Perrache
69002 Lyon

Mardi, mercredi et vendredi : de 11h à 19h
Jeudi : de 11h à 22h
Samedi, dimanche et jours feriés : de 10h à 19h

En conclusion, je reste dans le thème avec Juliette ! Délectables paroles…

Cette entrée a été publiée dans : Expos
Avec les tags : , ,

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s