Art urbain, Expos
3 commentaires

BRUSK, « Ad vitam aeternam » à la galerie Itinerrance

Pendant un mois, la galerie Itinerrance nous invite à découvrir l’univers de BRUSK ( du 12 juin au 11 juillet exactement…). Bien que cet artiste lyonnais orne nos murs depuis 25 ans, il nous offre aujourd’hui seulement son premier « solo show ».

Pour cette première exposition solo à Paris, l’artiste a patiemment distillé plus de vingt ans de pratique hors normes sur une série de toiles et de sculptures. Toute son imagerie est là : icônes déchiquetées, symboles de consommations mis à nues, dessins d’enfants aux couleurs acidulées, références ironiques au passé, démontrant, si cela était encore nécessaire sa maîtrise de l’aérosol, du pinceau, du posca, de la 3D, un mot : de son Art.

BRUSK interroge dans l’exposition la place de l’homme et de son environnement. Quelle est la place du vivant dans cette jungle urbaine? Oscillant entre volatilité et pesanteur, l’ardeur sauvage et l’immobilisme des statues géantes, l’humain et l’animal, l’apocalypse et une potentielle renaissance, l’exposition de BRUSK est une dichotomie qui invite à une réflexion sur le devenir du vivant, son rapport au réel et à la mort avec un humour et un décalage propre à cet artiste hors du commun. – Galerie Itinerrance

Brusk et le graffiti

Depuis son enfance à Lyon, Brusk aime dessiner. Dans ses cahiers d’école mais aussi sur les tables puis les murs… C’est en 1991 qu’il découvre le graffiti et la culture hip hop. La ville devient alors son terrain de jeu : voies ferrées, trains, terrains vagues, friches et autoroutes servent son imagination. Cet amour du dessin le pousse à faire l’école des beaux-Arts de Saint-Etienne.

Durant ses années d’études, il s’initie à de nombreuses techniques artistiques, telles que le design graphique , le light graffiti, la sculpture ou encore l’installation et la réalisation de films en stop motion. En 2006, il rejoint le collectif Da Mental Vaporz (avec Bom.k, Iso et Kan). Il voyage à travers l’Europe et le monde au côté également de Dran, Gris1, Jaw, Blo et Lek & Sowat. Avec eux, il peint des fresques murales toujours plus impressionnantes et réalise des expositions collectives.

Une évolution en solo

Depuis quelques années, il évolue également en solo, dépassant toujours ses limites en allant à la découverte de nouvelles techniques ou supports. Pour cette première exposition « solo », BRUSK a réalisé des oeuvres « militantes » qui nous interrogent sur le monde dans lequel nous vivons et la place de la consommation dans nos vies. On retrouve l’une de ses caractéristiques : le « Dripping style » (technique qui donne aux oeuvres cet effet de peinture dégoulinante, créant ainsi du mouvement).

Il a également réalisé deux sculptures : un éléphant multicolore (et à taille réelle) qui vous accueille lorsque vous entrez dans la galerie. Mais aussi un magnifique « Death kiss » d’un rouge flamboyant (qui ne rend absolument rien en photo… il faut donc absolument aller le découvrir vous même) !

Voici quelques images pour vous donner l’envie d’aller à la rencontre de BRUSK…

Côté musique, laissez The Avener& Kadebostany vous emmener dans un « Castle In The Snow »…

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain, Expos
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

3 commentaires

  1. Pingback: BRUSK, "Ad vitam aeternam" à l...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s