Expos, Photo
4 commentaires

European Urban Sensation, « l’autre » regard de Catherine Lupis Thomas

Après maintes rendez-vous manqués, j’ai réussi à aller voir l’expo photo de Catherine Lupis Thomas. J’ai découvert cette artiste lors du salon international de la Quatrième Image en novembre 2013. J’avais eu un coup de coeur pour le travail de la photographe : elle retravaillait ses photos de lieux désaffectés et abandonnés pour leur donner de nouvelles couleurs… une nouvelle vie. Nous avions bavardé un moment. Elle m’avait parlé de son projet. Après ça la vie de chacune a repris son cours. Jusqu’à il a quelques semaines. Catherine Lupis Thomas m’a contactée pour me parler de sa nouvelle exposition et m’inviter à venir la voir. J’ai accepté avec grand plaisir. Après… il a juste fallu que je trouve le temps de grimper jusqu’aux Abbesses. Ce que j’ai fait samedi.

Avant de vous montrer quelques (très peu) photos de ses oeuvres, je veux surtout vous parler de l’artiste. Parce que le plus intéressant c’est elle, son regard, son projet.

Catherine Lupis Thomas a commencé avec le collage. Depuis 2001, elle crée des images à partir de morceaux de papier découpés un peu partout (parfois même arrachés dans la rue). Elle garde, comme des petits trésors, tous ces bouts d’images. Puis une idée nait et elle sait quels morceaux elle veut utiliser. Malgré la quantité de papiers accumulés, elle les a tous en mémoire. Il suffit de les retrouver… Ce qui n’est pas forcément rapide…

Son autre passion est la photo. Elle aime déambuler sans but précis. Elle ne suit pas un sujet particulier pour faire ses photos. Elle laisse son regard errer pour qu’un lieu la happe à un moment inattendu. Elle aime particulièrement les impasses désertes, les usines désaffectées ou les maisons abandonnées pour ce qu’elles dégagent et ce qu’on peut imaginer de leur vie « d’avant » pour aller vers une vie « après ».

Pour le projet qui a donné lieu à cette exposition, Catherine Lupis Thomas a choisi d’allier ses deux passions : la photo et le collage afin de donner un autre sens à des paysages urbains pris à travers l’Europe. Sur des photos de lieux de la ville elle colle des éléments découpés dans des magazines ou des journaux, donnant alors un nouvel aspect à cette partie de la ville. Et nous obligeant ainsi à changer notre regard sur ce que nous ne voyons plus. Par exemple, à partir d’une photo et en y collant des images, elle a transformé l’hôtel Astoria de Copenhague en corps de femme.

Son objectif ? « Détourner le lieu avec humour, surprendre, apporter de la couleur… Offrir l’opportunité d’une réflexion positive sur notre environnement. Assez de larmes, assez de leurres, assez de noir. Vivre, observer, rire et crier fort que l’on est heureux d’être en vie et libre de penser ».

Ces quelques mots de l’artiste elle-même permet de comprendre son  oeuvre. Parce que je dois être honnête. Au premier regard, j’ai été surprise… dérangée par certaines images, mais charmée par d’autres. J’ai aimé leur côté un peu désuet qui nous ramène bien souvent dans les années 60 ainsi que ce détournement humoristique qui nous permet de regarder à nouveau notre environnement pour le voir autrement.

Voilà une artiste qui ne peut laisser indifférent. Et c’est ce qui en fait tout le charme. Elle est en plus très sympa et son plus grand plaisir est de discuter avec ses visiteurs. Pour parler de ses images mais aussi savoir ce qu’ils ressentent en les regardant. Alors il ne restent que quelques jours pour découvrir l’expo mais essayez de prendre le temps. Ca vaut vraiment le coup de grimper aux Abbesses. La galerie s’appelle « 1962 » et se trouve au 4 rue Tholozé dans le 18e. Sinon, vous pouvez faire connaissance avec ses oeuvres sur son site www.catherine-lupis-thomas.fr

Voici donc quelques photos pour vous donner une petite idée : « European Urban Sensation« 

Finissons ce billet en beauté avec le dernier single de Leonard Cohen.

Cette entrée a été publiée dans : Expos, Photo
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

4 commentaires

  1. Pingback: European Urban Sensation, "l'autre" r...

  2. Pingback: L’Espace des Blancs-Manteaux accueille La Quatrième Image 2014 | Les petits billets de Miss Acacia

  3. Pingback: 2014, une année bien remplie | Les petits billets de Miss Acacia

  4. Pingback: Ground Control accueille Catherine Lupis Thomas | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s