Art urbain
4 commentaires

Le bonheur est aux Frigos

Je viens de passer un après-midi extraordinaire. Je suis allée visiter les Frigos. Aujourd’hui les artistes ouvraient leurs ateliers à tous. D’où le titre de ce billet. Parce que moi ce genre de moments dans la vie, ça me rend heureuse.

Après la guerre de 14-18, cet endroit a été construit par la SNCF pour servir de gare frigorifique devant approvisionner les Halles de Bercy en produits frais. Les trains s’engouffraient dans le corps du bâtiment pour venir déverser leurs produits. A la fin des années soixante, la disparition des Halles de Paris et l’ouverture du marché de Rungis entraînent l’arrêt de l’activité des entrepôts frigorifiques qui, dès lors, sont quasiment laissés à l’abandon durant une quinzaine d’années.

Ce lieu va alors devenir une cité pour les artistes. Ils investissent les lieux pour créer.

Aujourd’hui les artistes profitaient des portes ouvertes pour faire signer une pétition car les lieux sont laissés à l’abandon et un projet de réhabilitation est à l’étude. Mais pour en faire quoi ? Ce lieu restera-t-il le refuge des artistes ? Il faut l’espérer car cet endroit est magique lorsqu’il ouvre ses portes. On circule dans les méandres du bâtiment sur 5 étages. Et on entre au cœur de l’imagination des artistes.

Il est difficile de décrire ce que j’ai vu. Il y avait tant de choses à voir. De la peinture, de la sculpture, du streetart ou encore des œuvres beaucoup plus… étranges mais vraiment intéressantes.

Et puis, en tant que « fan » du streetart, j’ai été gâtée. Pour la multitude d’oeuvre mais surtout parce que j’ai pu discuter un moment avec Shadee K et Paella. J’adore rencontrer ces artistes pour moi un peu à part. Parce que leur terrain c’est la rue et non les galeries d’art. Comme comme l’a confirmé Shadee K, leur but n’est pas de gagner de l’argent avec leurs œuvres mais de laisser parler leur imagination et de les donner à voir à tous.

Il faut que je vous raconte une petite anecdote qui m’a fait sourire. En sortant de l’atelier de Paella j’entends deux jeunes hommes discuter. Il y en avait un qui disait à l’autre : « Sur la première oeuvre j’ai vu écrit paella. Et je ne comprenais pas. Ca n’avait aucun rapport avec la peinture. Encore un truc d’artiste. Mais après j’ai remarqué qu’il écrivait paella sur toutes ses œuvres. Ca doit être son nom d’artiste non ? » Alors oui. C’est son nom d’artiste. Et on le reconnaît aux têtes d’escargot de ses personnages !!

Pour celles et ceux qui ne sont jamais allés aux Frigos. C’est dans le 13e, pas loin de la BNF. Et l’année prochaine, ne ratez pas ça. En tous les cas moi j’y retourne !!!

Alors comme toujours lorsque les images parlent mieux que les mots, je vous livre quelques images glanées pendant ma visite.

Je vous laisse ce soir avec une très belle voix. Celle d’Alex Hepburn. « Under ».

Cette entrée a été publiée dans : Art urbain
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

4 commentaires

  1. Pingback: Mon année 2013 : des films, du streetart, de la musique… | Les petits billets de Miss Acacia

  2. Pingback: "In & Out", le streetart s’expose aux Frigos | Les petits billets de Miss Acacia

  3. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : le « nounours  de ShadeeK | «Les petits billets de Miss Acacia

  4. Pingback: Les portraits de Miss Acacia : le « nounours  de ShadeeK | «Billets de Miss Acacia Test

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s