Expos
1 commentaire

Exposition collective à la galerie Itinerrance

Couv Galerie Itinerrance

Pour sa toute première expo de l’année, du 1er février au 4 mars 2017, la galerie Itinerrance a rassemblé entre ses murs quelques grands noms de l’art urbain : Shepard Fairey, D*Face, Maye, Shoof, Pantonio, David de la Mano et Seth.

De grands noms de l’art urbain à la galerie Itinerrance

On peut dire que la galerie Itinerrance commence bien l’année avec cette très belle exposition. Elle nous invite à découvrir les univers de sept grands artistes de l’art urbain. Avec autant d’artistes que de styles ou de pratiques, la visite permet un beau voyage au coeur de cet art aux multiples facettes.

Shepard Fairey vit et travaille à Los Angeles. En 2008 le portrait qu’il réalise en soutien à la candidature de Barack Obama le fait connaître du grand public. Shepard Fairey réagit aux attentats de Paris du 13 Novembre 2015 par une image représentant une Marianne sur un fond bleu, blanc et rouge entourée de la devise “Liberté, Egalité, Fraternité”. De visite à Paris en juin 2016, il a peint cette oeuvre sur la façade d’un immeuble du 13ème arrondissement dans le cadre de Street Art 13.

D*Face, de son vrai nom Dean Stockton, vit et travaille à Londres. Son travail puise dans les comics américains, notamment ceux de Matt Baker, Jack Kamen ou encore John Romita. Son style est reconnaissable par l’utilisation d’une imagerie pop art, rappelant Roy Lichtenstein ou même Andy Warhol. Ses oeuvres traitent de manière sombre et satirique de l’obsession de la société pour les célébrités et de la surconsommation. Ses fresques représentent des figures féminines ou masculines très expressives, souvent accompagnées d’un commentaire ou d’une pensée.

Maye, de son vrai nom Victorien Liria, est passionné par le dessin. Il s’exprime d’abord dans les rues de Montpellier avec le graffiti où il développe une recherche autour du lettrage depuis 2004. Autodidacte en peinture, Maye passe du mur à la toile en 2013. Il travaille sur ces deux pratiques de manière complémentaire. La peinture sur toile lui permet d’utiliser les expérimentations qu’il a développées sur des supports éphémères et de commencer à construire son oeuvre de manière pérenne.

Shoof, né à la Médina de Tunis, est arrivé en France en 2004. Parallèlement à ses études de sciences politiques, il développe une peinture riche et instinctive directement inspirée de la calligraphie traditionnelle. Il utilise la lettre comme prétexte à explorer la forme, avec la volonté
de désacraliser la calligraphie traditionnelle. Les toiles qu’il présente à l’exposition reprennent ses calligraphies avec un travail de recherche sur leur matière et leur mode de réalisation.

Pantónio, de son vrai nom Antonio Correia, est né aux Açores. À l’adolescence, il fréquente les ateliers de sculpture, de modelage, de dessin et de peinture à Institut de la Culture des Açores et y expose régulièrement ses oeuvres personnelles. Il étudie à l’École des Arts et Métiers de Cerveira et des arts graphiques à l’Institut polytechnique de Tomar mais c’est dans la rue que l’artiste choisit de s’exprimer. Pantónio représente généralement des animaux avec un style original. La textures qui recouvre ses sujets est faite d’une succession de lignes claires sur un fond noir, représentant tantôt de la peau, des écailles, des poils ou des plumes. La brillance de ses lignes donne du volume à ses créatures. Les formes souples leur apportent à la fois de la douceur et une sensation de mouvement permanent.

Seth commence à peindre les murs de Paris au milieu des années 90, alors qu’il poursuit des études artistiques et travaille de manière régulière dans la publicité. Spécialisé dans la réalisation de personnages, il collabore à de nombreuses fresques en France et à l’étranger.
En 2003, il parcourt le monde dans l’intention de rencontrer des créateurs d’univers différents. Il s’ouvre ainsi à de nouvelles manières de pratiquer la peinture urbaine. Seth se nourrit de ses expériences d’éternel voyageur et retranscrit son amour pour les cultures populaires avec finesse et sensibilité.

David de la Mano, est né à Salamanque en Espagne. Son art se concentre sur l’humanité de chacun. Il interroge les comportements sociaux, individuels ou de masse, avec leurs conflits et leurs contradictions. Ses silhouettes, souvent confrontées à un danger, avancent de manière déterminée et unie. Inspirés par de grands nom de la peinture tel que Jérôme Bosch, les personnages fantasmagoriques de l’artiste ont parfois des têtes animales.

Un aperçu en images

Voici quelques images juste en dessous mais aussi là Exposition collective à la galerie Itinerrance

Après votre visite à la galerie Itinerrance n’hésitez pas à faire quelques pas de plus pour passer faire une petite visite aux Murs ouverts #18 du Lavo//Matik.

Galerie Itinerrance
24 bis Boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris

Du 1er Février au 4 Mars 2017
Du mardi au samedi, de 12h à 19h

Je vous dis au revoir avec énorme coup de coeur pour ce couple de danseurs… et en plus sur la superbe musique d’un de mes films préférés « In themood for love »

Cette entrée a été publiée dans : Expos
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

1 commentaire

  1. Pingback: Murs ouverts #18 au Lavo//Matik | Les billets de Miss Acacia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s