Coups de coeur
Laisser un commentaire

Anita Nair nous fait voyager dans son « Compartiment pour dames »

« Akhila se disait que ce qu’elle voulait le plus, c’était une identité qui lui soit propre. La fille de… la tante de… la belle sœur de… elle aurait aimé qu’enfin on la considère comme une personne à part entière. »

Cette simple phrase résume ce roman pour lequel je viens d’avoir un gros coup de cœur.

A travers ce roman, Anita Nair nous raconte le voyage intiatique d’Akhila. Cette femme de 45 ans qui a consacré toute sa vie à sa famille, décide un jour de prendre le train pour aller dans le sud de l’Inde afin de répondre aux questions qu’elle se pose sur le sens de sa vie.

Elle va se retrouver dans un compartiment pour dames (à l’époque, et jusqu’à il y a dix ans, les femmes ne voyageaient pas avec les hommes) avec cinq autres femmes. La promiscuité va favoriser les confidences et, à travers les mots de ces femmes, Akhila va essayer de trouver des réponses aux questions qu’elle se pose sur sa vie et sa place de femme.

Tour à tour chacune des passagères va raconter sa vie, dévoilant une facette de l’amour, du désir, du couple et de la maternité, et posant la question de la place de la femme dans la société. Une femme peut-elle vivre seule ? Une femme peut-elle trouver le bonheur sans homme dans sa vie ?

Janaki est une vieille femme digne, au mariage heureux (bien qu’arrangé) et à la vie de famille accomplie. Mariée depuis quarante ans, elle raconte l’appréhension de la nuit de noces, le couple qui découvre l’intimité à deux, et puis, plus tard, l’amour qui s’essouffle pour devenir de la complicité, les rôles bien définis et immuables au sein d’un couple.

Sheela, une toute jeune fille dont la grand-mère vient de mourir, se retrouve confrontée aux contradictions de sa famille, entre modernité et tradition. Elle évoque la difficile nuance entre transmission et acceptation des changements.

Margaret est une femme instruite qui travaille (professeur de chimie). Elle a épousé un homme qu’elle a choisi par amour. Mais très vite ce mariage s’est transformé en esclavage face à un homme pervers et despotique. Mais elle a trouvé le moyen de se venger…

Prabha Devi quant à elle a dû déployer toute son ingéniosité pour s’offrir un plaisir personnel en secret de son époux : apprendre à nager.

Et enfin Marikolanthu. Personnage au destin tragique parce qu’elle vient d’une famille très pauvre… Toujours au service des autres, n’ayant aucun pouvoir sa vie.

Entre ces témoignages, Akhila nous raconte sa propre existence, faite de sacrifices et de renoncements.

A travers ce roman et ces six magnifiques personnages féminins, Anita Nair nous parle de la condition des femmes en Inde, pays tiraillé entre traditions intransigeantes et désir de modernité. Akhila en est l’illustration parfaite. Elle est une femme moderne qui gagne sa vie mais en même temps elle ne prend aucune décision sans l’autorisation de ses frères. Au fond d’elle, elle comprend que le message traditionnel qui veut qu’une femme ne peut vivre sans mari ne lui correspond pas. Elle sait qu’elle peut parfaitement vivre seule et s’assumer. Mais ce sont les témoignages de ces cinq inconnues qui lui donneront le courage d’aller jusqu’au bout de ce qu’elle veut faire de sa vie.

Dès les premières pages, ce livre m’a emportée. Je me suis retrouvée dans ce compartiment avec ces femmes. J’ai aimé les écouter livrer leurs secrets les plus intimes, dire leurs combats pour gagner un peu de liberté ou ne plus être blessées par le jugement des autres.

Finalement, les questionnements d’Akhila ne sont-ils pas universels ? Même dans notre monde occidental et « moderne » les femmes ne se posent-elles pas cette question de la liberté ? Un homme est-il indispensable au bonheur d’une femme ? Anita Nair nous dit simplement que le bonheur est en chacun(e) de nous.

« Ne deviens pas une de ces femmes qui se soignent pour séduire. La seule personne à qui tu dois plaire, c’est toi. Quand tu te regardes dans la glace, c’est à toi que ton reflet doit plaire. »

Ce livre est un vrai coup de cœur. J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire et j’ai maintenant envie de vous faire partager ce plaisir. Alors n’hésitez pas. Lisez-le. Ces femmes vous bouleverseront.

Pour finir en musique voici le nouveau titre d’Absynthe Minded, « Space ». Extrait d’un nouvel album aussi bon que le précédent.

Cette entrée a été publiée dans : Coups de coeur
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s