Coups de coeur
Laisser un commentaire

« Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates »

Ça fait bien longtemps que je n’ai pas parlé de livres ici. Pourtant ils sont, et seront toujours la plus grande passion… J’aime m’échapper dans d’autres vies. Lire les mots que je ne saurai jamais écrire. J’y (re)trouve l’apaisement.

Aujourd’hui je veux vous parler du « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » car ça faisait longtemps que je n’avais pas été happée ainsi par un livre. Pendant deux jours j’ai profité de tous les instants qui se présentaient pour m’y plonger. Heureusement on me sait peu bavarde et un peu solitaire… et un voyage en train de 3 heures m’a permis d’assouvir ce besoin impérieux…. Ce livre apporte une évasion bien mieux qu’un anti-dépresseur !!!

Résumé

« Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais. »

Déjà le titre attire l’attention. « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates »… On sent poindre l’humour british. Et on n’est pas déçu. 

Au fil des pages, apparaissent des personnages disparates, attachants, loufoques, aimants ou médisants. On se met à s’attacher à eux et à suivre avec passion leur correspondance avec Juliette. Ils ont tous une particularité : l’une est un peu sorcière, l’autre est un ivrogne ou encore une vieille dévote frustrée… Et c’est cela qui permet de dédramatiser l’Histoire. On voit l’horreur dans tout son éclat mais l’humour tout britannique nous permet de rester à distance.

Ce roman épistolaire contient tant de choses… De la littérature (certaines lettres m’ont donné envie de relire Jane Austen). Des souvenirs de guerre qui m’ont permis de découvrir l’histoire des îles anglo-normandes à cette période de l’histoire. Un peu d’amour pour satisfaire le côté « fleur bleue » qui dort en chacun de nous. Et surtout. Surtout. L’amitié !! Grâce à ce club littéraire créé tout à fait par hasard, tous ces gens vont se rapprocher, apprendre à se connaître et recréer une communauté à une période difficile.

Ce livre est un vrai bijou. Il est drôle, émouvant, sensible. Il est à la fois une ode à la lecture, à l’humour et à l’amitié.

Voici quelques passages qui en disent plus longs que mes propres mots…

« Le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey, né à cause d’un cochon rôti que nous avons dû cacher aux soldats allemands.»

«A force de lire, de parler de livres et de nous disputer à cause d’eux, nous en sommes venus à nous lier étroitement les uns aux autres. (…) A tel point que, de temps en temps, nous arrivions presque à oublier la noirceur du dehors. (…) Avec un encas à notre programme. Comme il ne nous restait qu’un tout petit peu de beurre, encore moins de farine et pas de sucre du tout, Will nous a concocté une tourte aux épluchures de patates. Purée de patates pour le fourrage, betterave rouge pour sucrer et épluchures de patates pour le craquant…»

«Lire de bons livres vous empêche d’apprécier les mauvais.»

Et enfin, « L’humour est le meilleur moyen de rendre supportable l’insupportable.»

N’attendez pas. Filez chez votre libraire préféré acheter ce livre et plongez dedans… Vous ne le regretterez pas…

Petite note musicale avec une découverte du jour… Metronomy, « The Bay »

Cette entrée a été publiée dans : Coups de coeur
Avec les tags :

par

Je suis une passionnée d'art urbain, de musique, d'évasion au cinéma ou dans les livres. J'aime me perdre dans les villes pour les mettre en images. Et surtout, j'adore partager toutes ces passions avec vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s